Forfait Albarka

Le gouvernement se dévoile ... : Plus de 1000 milliards d'exonérations au profit de la clientèle politique !

Le gouvernement se dévoile ... : Plus de 1000 milliards d'exonérations au profit de la clientèle politique !Pendant longtemps, la société civile et la presse avaient dénoncé les exonérations en cascades accordées à tour de bras aux entreprises par le gouvernement de Brigi Rafini. Ce que les autorités politiques avaient toujours nié en prétendant vouloir favoriser la création d'entreprise et la prospérité des PME (Petites et moyennes entreprises). Mais comme la vérité fini toujours par prendre le dessus sur son ennemi juré, c'est le gouvernement même qui revient se dévoiler sur la place publique et de la manière solennelle : au sommet de l'État, en plein Conseil des ministres. C'est ainsi que le Secrétariat général du gouvernement annonce que " le Code des Investissements consacre d’importantes exonérations qui ont de plus en plus un impact considérable sur le budget de l'Etat, puisqu'elles sont source de pertes de recettes au vu de leur volume sans cesse croissant. A titre illustratif, de 2011 à 2016, les exonérations accordées par l'Etat ont représenté un montant cumulé de 1.153,40 milliards. " Plus de 1000 milliards d'exonérations pour le pays le plus pauvre au monde ? Quel paradoxe ! C'est donc maintenant seulement que notre gouvernement " bien-aimé " a compris le tort qu'il cause au contribuable à travers ces exonérations démesurées qui ont servi à enrichir des militants et autres amis politiques. Mieux vaut tard que jamais dit-on, aujourd'hui, le régime du Président Issoufou décide de se ressaisir : " c'est en vue de minimiser cet impact, avec à terme une rationalisation et une meilleure maîtrise des exonérations, qu'il s'avère important d'abroger l'article 34 et de modifier l'article 38 de la loi suscitée. L'abrogation de l'article 34 de la loi aura pour conséquence l'exclusion des matières premières et leurs emballages importés du champ d'application des avantages fiscaux et douaniers accordés aux entreprises agréées au Code des Investissements. "



Le mal est déjà fait, des entreprises qui viennent " pomper " nos ressources naturelles étaient jusque-là dispensées de payer les miettes qui revenaient au Trésor national. Issoufou Mahamadou,
l'opposant avait parfaitement raison lorsqu'il disait en 2006 : " le problème pour notre pays n'est pas seulement la rareté des ressources : le problème est aussi et surtout celui de l'efficacité de la dépense (...) Le Niger a les ressources pour nourrir, éduquer, soigner, loger ses enfants. Avec ces ressources et une bonne gouvernance nous ne devrons pas connaître l'humiliation de la faim. " Merci pour ces vérités Monsieur le Président !

30 septembre 2017
Source : L'Eclosion

Imprimer E-mail

Economie