Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

L’INS organise un atelier de validation de l'étude sur l'impact à court et à long terme de la dette publique sur l'économie nigérienne : Soumettre le document de l’étude à l’appréciation des utilisateurs et autres partenaires de l’institut

L’Institut National de la Statistique (INS) a organisé, hier, dans la salle de réunion de Africa Hall de Niamey, un atelier de validation de l’étude sur l’impact à court et à long terme de la dette publique sur l’économie nigérienne. L’ouverture des travaux a été présidée par M. Djibo Saïdou, Inspecteur des Services Statistiques, représentant le Directeur Général de l’INS. C’était en présence de plusieurs responsables de l’INS, d’un représentant du FMI et des représentants des ministères sectoriels concernés.

Dans le discours qu’il a prononcé, M. Djibo Saïdou s’est réjoui de la présence de l’ensemble des participants invités à cet atelier, ce qui démontre tout l'intérêt qu’ils portent aux activités de l'Institut National de la Statistique (INS) en général et à cette étude en particulier. Il a profité de cette occasion pour informer les participants de la nouvelle stratégie de l'Institut National de la Statistique (INS) qui vise la valorisation des productions statistiques, en introduisant la dimension recherche, notamment la conduite des études approfondies sur des questions sociodémographiques et économiques majeures de notre pays.

Ces questions, a-t-il souligné, sont des questions qui constituent des préoccupations pour les autorités politiques et administratives, de l'administration publique et privée, des partenaires techniques et financiers, des chercheurs et autres utilisateurs des données statistiques ainsi que de simples citoyens. Dans cette logique et depuis quelques années, l’INS a réalisé plusieurs études concernant les statistiques économiques et sociales. Il s’agit entre autres de l'étude sur l'émergence de la classe moyenne et la réduction des inégalités au Niger qui a été l'objet de deux (2) publications en 2015 et en 2016 ; l'étude sur l'impact des cours des matières premières (or, pétrole et uranium) sur l'activité économique au Niger, dont le rapport final est disponible depuis fin septembre 2016 ; l'étude approfondie   sur   les   échanges   extérieurs   de marchandises   du Niger dont le rapport final est disponible depuis fin novembre 2016 ; l'étude sur les causes de la faiblesse de la pression fiscale au Niger, dont le rapport provisoire est en cours d'observations et enfin de l'étude sur l'impact à court et à long terme de la dette publique sur l'économie nigérienne dont le rapport provisoire fait l’objet du présent atelier en vue de son enrichissement et sa validation.

Se prononçant sur l’objectif de ces études, M. Djibo Saïdou a indiqué que c’est de contribuer à des prises de décisions efficientes pour le suivi et l'évaluation des politiques et programmes de développement de notre pays, en particulier le Programme de Renaissance Acte II et le prochain PDES 2017-2021. Pour le cas particulier de l'étude sur l'impact à court et à long terme de la dette publique sur l'économie nigérienne, M. Djibo Saïdou a souligné que son objectif global est d'analyser l'impact de la dette publique sur l'économie nigérienne et contribuer ainsi à alimenter avec des statistiques récentes et exhaustives, les débats actuels qui gravitent autour de cette problématique. Et de façon spécifique, il s'agit de faire ressortir entre autres, l'évolution de la dette publique et de ses composantes en comparaison avec la croissance économique du Niger ; l'impact à court et à long terme de la dette publique sur l'économie nigérienne; le seuil optimal de la dette publique au Niger ; les recommandations opérationnelles aux décideurs et au Gouvernement, en vue d'une meilleure stratégie de mise en œuvre des politiques économiques par rapport aux emprunts extérieurs et intérieurs. En parlant du processus d’élaboration de cette étude, M. Djibo Saïdou a indiqué que son rapport provisoire, soumis à l’examen des participants, est l'œuvre d'une équipe multidisciplinaire, qui a regroupé, outre les cadres de l’INS, ceux du ministère des Finances à travers la Direction de la Dette Publique (DDP). Ainsi, la contribution des participants aux discussions sur les résultats de cette étude permettra d'enrichir significativement ce rapport provisoire.

Ali Maman(onep)

21 juillet 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie