Forfait Albarka

Journée Internationale des Micro, Petites et Moyennes Entreprises : « Les PME contribuent à la cohésion sociale, à la création d’emplois (...) la redistribution des richesses et de revenus» déclare le ministre Sadou Seydou

À l’instar du reste de la communauté internationale, notre pays commémore aujourd’hui 27 juin, la journée Internationale des Micro, Petites et Moyennes Entreprises(MPME). À cette occasion, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé M. Sadou Seydou a livré hier un message à travers lequel il a indiqué que cette journée a été instituée le 6 Avril 2017 par l’Assemblée Générale des Nations Unies suite à l’adoption d’une résolution dont l’objectif consiste à souligner l’importance de la promotion de cette catégorie d’acteurs économiques dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD), et leur intégration dans le secteur formel des économies nationales pour plus de visibilité sur les marchés nationaux, régionaux et internationaux.

Dans le message qu’il a livré, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé M. Sadou Seydou a d’abord noté que l’économie de notre pays, à l’instar de celle des autres pays africains est dominée par les Petites et Moyennes Entreprises (PME). En effet, il a précisé qu’au Niger, les PME représentent 90% de l’ensemble des entreprises du secteur moderne, contribuant de manière décisive à la cohésion sociale, à la création d’emplois, à la génération et à la redistribution des richesses et de revenus. Les PME apparaissent aussi comme l’une des bases à long terme du développement économique et social. C’est pourquoi les autorités nigériennes leur accordent une importance particulière. A cet effet, depuis le 16 décembre 2010, la charte des PME a été adoptée et vulgarisée.

C’est un document juridique et institutionnel spécifiquement dédié à la promotion des PME avec pour objectifs de définir les PME ; de fixer les mesures de soutien à leur apporter et les avantages à leur concéder ; de déterminer les engagements qu’elles doivent prendre dans le cadre de leur reconnaissance ; de renforcer la capacité des dispositifs qui favorisent leur bonne gouvernance ; de définir le rôle et les responsabilités des différents acteurs dans la promotion et le développement des PME ; de mobiliser les ressources à leur apporter ; de définir les modalités de suivi de la mise en œuvre de cette charte. Aussi, au regard du rôle crucial que les PME jouent dans l’économie des nos Etats, plusieurs actions sont entreprises au niveau sous régional et régional notamment à travers l’élaboration des Chartes Communautaires de l’UEMOA voire de la CEDEAO.

Le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur privé a rappelé que depuis Août 2011, il a été créé au sein de son département ministériel une direction des Petites et Moyennes Entreprises et de la Promotion de l’Entreprenariat, ce qui est révélateur de l’engagement des plus hautes autorités nigériennes. Et en 2012 la Maison de l’Entreprise a vu le jour avec le soutien des partenaires techniques et financiers, en vue de faciliter les procédures de création d’entreprises, un des aspects touchant l’amélioration du climat des affaires où notre pays a fait un bon remarquable passant de la 160ème à la 150ème place en 2017.

Par ailleurs, M. Sadou Seydou a déclaré que malgré les différentes actions entreprises par les pouvoirs publics, beaucoup reste à faire et les animateurs des PME ont une responsabilité historique à assumer dans le développement économique et social de notre pays dans un monde globalisé, caractérisé par une concurrence effrénée. Il a, enfin précisé que des défis restent à relever afin que les PME puissent jouer pleinement leur rôle de moteur de l’économie. Ces défis ont pour noms l’accès à un financement adapté et durable ; l’accès substantiel au marché public ; le renforcement des capacités techniques et managériales des dirigeants et des employés des PME ; le renforcement d’un esprit de créativité et d’innovation afin de transformer nos produits agro-sylvo-pastoraux ; le respect des normes de qualités ; la transition de la production artisanale à celle de semi-industrielle voire industrielles et la faiblesse des organisations professionnelles.

Laouali Souleymane(onep)

27 juin 2017
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Economie