Forfaits Internet Aitel Niger

Forfait Albarka

Gestion des évacuations sanitaires : Une arnaque organisée

Gestion des évacuations sanitaires : Une arnaque organiséeDans sa quête effrénée d'informations, votre hebdomadaire de tous les mardis L'Eclosion a mis la main sur des documents assez révélateurs des magouilles en cours dans le système très restreint des évacuations sanitaires financées par l'Etat du Niger. Des échanges mails appuyés de certains autres papiers montrent la collaboration " très fructueuse " entre une société française et deux autres sociétés de droit Nigérien qui ne sont, en réalité, qu'une seule entité puisqu'appartenant à la même personne. La seule différence, l'une a une sphère de compétence nationale tandis que l'autre se veut africaine. Première anomalie, les Certificats d'immatriculation (NIF) de ces deux sociétés sont disparates. Sur le NIF de la première, on voit la photo et les noms et prénoms du (de la) promoteur (trice) alors que sur le NIF de la seconde, ces informations ne figurent pas. Qu'à cela ne tienne la boîte postale (BP) est identique ; elle, seule, permet de relier les deux sociétés. L'un de ces entreprises est donc en relation partenariale avec une autre société de droit français dont nous taisons aussi volontairement la dénomination. Rien d'anormal dans ce monde globalisant où le Nord et le Sud, l'Est et l'Ouest se rejoignent et travaillent ensemble dans tous les domaines. Le problème est, qu'ici, il s'agit d'une collaboration souvent sur le dos du contribuable Nigérien. En cas de nécessité, l'État procède à l'évacuation sanitaire des citoyens de première zone, entendez les responsables de l'administration publique et parapublique. Ce privilège n'est pas seulement réservé aux cadres et responsables politiques.

Théoriquement, tout citoyen dans le besoin, devait pouvoir être évacué aux frais de la Princesse. Hélas ! Ils ne sont que quelques " gâtés de la République " à pouvoir en bénéficier. Là également, il arrive que l'Etat paie plus qu'il ne devrait. C'est en tout cas, ce que laisse penser des documents en notre possession. Dans des échanges entre la société Nigérienne et sa partenaire de Paris ci-haut évoquées, il y a cet intriguant partage de " butin ". La parisienne explique à la niaméyenne que sur la " Ligne étude et expertise de dossier " de la facture d'une évacuation donnée, " sur les 3000 euros de l'expertise, 1000 euros te sera réservée. Soit 33% (…) Dans le cas du présent dossier, nous te conseillons de la consigner à 1000 euros. 60% à savoir 600 euros pour toi et 40% pour nous ". Et plus loin, on lit : " sur l'ensemble de ce dossier, si toutes les dépenses sont réalisées, pas de remboursement, la quote-part qui te revient est de : 1000€ + 600€ + 1117€. Soit = 2717€. « 

En fait, la société Nigérienne s'est posée en intermédiaire entre l'Etat qui paye les évacuations et une société qui se charge des démarches auprès des hôpitaux à Paris. 2 717€ est l'équivalent de 1 779 635 FCFA sur ce seul dossier.

On imagine aisément ce que rapporte cette sorte de « démarchage " dans les évacuations sanitaires à ceux et celles qui en ont le secret.
Ibrahim Yéro

21 juin 2017 
Source: L'Eclosion

Imprimer E-mail

Economie