MAEC.jpgPour obtenir l'annulation de certains actes pris par les responsables du ministère des Affaires Etrangères, une requête a été adressée à la chambre du contentieux du Conseil d'Etat le 25 octobre 2018. Dans l'exposé de la requête, plusieurs arrêtés de nomination pris par le Ministre des Affaires Étrangères sont jugés par le requérant comme contraires aux textes et violent le statut particulier relativement à la disposition sur le quota dans les nominations. Dans son exposé, le requérant fait remarquer que la durée de séjour de certains diplomates nigériens à l'extérieur n'a pas été respectée et qu'il y a rupture d'égalité entre les citoyens devant la loi . De violation des textes en violation, il est peut être nécessaire de faire remarquer la nomination d'une secrétaire de direction comme Consul général du Niger à Ouagadougou (Burkina Faso). Du reste, l'exposé soumis au Conseil d'Etat fait relever de nombreux cas de violations des textes et la politisation à outrance du Ministère des Affaires Étrangères. Un ministère dans lequel les cadres valeureux sont écartés au profit de la politisation. Pour dire que, le mérite au ministère des Affaires Étrangères est jugé sur la base de la coloration politique.

Imprimer E-mail

Kalla Ankouraou Stef Blo Niger Pays BasLe ministre des Affaires Étrangères du Royaume des Pays-Bas, M. Stef Blok, a procédé hier matin, à l'ouverture officielle du Bureau diplomatique du Royaume des Pays-Bas au Niger. C'était en présence du Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, M. Kalla Ankouraou, des Ambassadeurs de Belgique et de l'Union Européenne au Niger, ainsi que de plusieurs autres invités de marque. Par cet acte diplomatique, le Niger et les Pays-Bas viennent ainsi de poser les jalons d'un développement plus élargi de leur coopération bilatérale.

Le bureau diplomatique du Royaume des Pays-Bas est logé dans les locaux de l’ambassade de Belgique au Niger. Dans son allocution à l’occasion de l’ouverture de ce bureau, le ministre des Affaires Étrangères du royaume des Pays-Bas a souligné l'importance pour son pays de s’installer au Niger. « C'est parce qu'à nos yeux le Niger et les autres pays du Sahel sont nos voisins. Votre sécurité a un impact sur la notre, et vos intérêts s'approchent des nôtres » a déclaré M. Stef Blok. Nos deux pays, a-t-il affirmé, ont toujours entretenu d'étroites relations. Le Ministre des Affaires Étrangères du Royaume des Pays-Bas a cité l'exemple de l'université agronomique de Wageningen dont les experts ont coopéré avec leurs collègues nigériens dans les domaines de la fertilité des sols, de la sécurité alimentaire et de la gestion de l'eau. L'ouverture des bureaux de l'Ambassade, a t-il ajouté, constitue un premier pas, pour le Royaume des Pays-Bas, vers le renforcement de ses liens avec le Niger. Cette nouvelle étape franchie, espère M. Stef Blok, mènera dans un proche avenir vers une relation élargie.

Le Chargé d'Affaires de la Belgique au Niger, M. Pierre Charlier, s'est dit honoré d'accueillir dans ses bâtiments, le Bureau Diplomatique des Pays-Bas au Niger. Pour lui, le développement dépend de nombreux facteurs, dont les défis de la sécurité et celui de la défense des frontières. C'est ainsi que, a dit M. Pierre Charlier, « même si notre parcours diffère, Néerlandais et Belges se retrouvent autour de sujets d’intérêt commun». Il s'est dit aussi heureux de pouvoir ajouter à ses contacts et plate-forme, notamment au niveau de l'Union Européenne, un autre format de concertation qui est celui de la coopération bilatérale avec les Pays-Bas. « La présence de nos deux pays s'intensifie donc, avec des contacts à tous les niveaux de la société nigérienne. Ce qui nous permettra d'interagir avec elle, au mieux de l’intérêt de la population et de son épanouissent», a conclu le Chargé d'Affaires de la Belgique au Niger.

Imprimer E-mail

Formation des agents diplomatiques Pour une meilleure image du pays a l extérieurLe ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, M. Kalla Ankouraou a procédé mardi 23 octobre dernier à l’ouverture des travaux de la session de renforcement des capacités des agents en instance de départ en poste à l'étranger. Cette formation d’une vingtaine de jours vise à outiller ces agents en instance d’être affectés pour mieux s’imprégner de la tâche qui les attend au niveau de nos différentes représentations diplomatiques.

Cette formation intervient pour les concernés après une période d'activités au niveau de l'administration centrale. Ces agents s’apprêtent maintenant à poursuivre leur carrière dans les services extérieurs du ministère. À ce titre, ils sont appelés à exercer les tâches qui incombent à ce département ministériel dans ses missions diplomatiques et postes consulaires, en vertu des textes organiques en vigueur, notamment le Décret N°2016-207/ PRN du 11 mai 2016 portant organisation du gouvernement et fixant les attributions des Ministres d'Etat, des Ministres et des Ministres délégués.

Pour le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, la vie diplomatique, loin d’être une sinécure relève plutôt du sacerdoce, comme en témoignent les contraintes et exigences liées à cette fonction. « Il vous faut en effet, assimiler voire internaliser cette donnée fondamentale ; ce d'autant plus que chacune et chacun d'entre vous, porte la responsabilité de représentant du Niger à l'étranger, de par vos actes, vos comportements, vos fréquentations, vos déplacements, en un mot, votre vie publique comme privée», a rappelé M. Kalla Ankouraou.

Imprimer E-mail

Dîner de remise des prix annuel du 65e anniversaire du Gala de l’Africa America Institute (AAI) : Pr Hassana Alidou, Ambassadeur du Niger aux Etats-Unis, lauréate du Alumna Award pour l’Education et la diplomatie, édition 2018Le AFRICA AMERICA INSTITUTE (AAI) a remis le « Distinguished Alumna Award for Education and Diplomacy» à S.E. Professeur Hassana Alidou Ambassadeur Extraordinaire et plénipotentiaire du Niger aux Etats-Unis. Cette cérémonie s’est déroulée, le 25 septembre 2018 au cours d’un diner de gala à New York. Le prix d’Alumna distingué est décerné chaque année à un diplômé d’un des programmes d’éducation et de formation d’AAI, qui a apporté une contribution significative à leur pays ou dans leur domaine.

Ainsi, chaque année, on affiche la liste des lauréats et le prix est discerné en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies lors du gala annuel de l’AAI. Ce Gala qui est l’un des événements les plus importants de la ville de New York pendant cette période célèbre les personnalités qui ont œuvré dans leur domaine au rayonnement de la coopération américano-africaine. Depuis le lancement du prix annuel en 1984, AAI a rendu hommage aux personnes qui s’emploient à remplir leur mission africaine et la coopération avec les États-Unis. Dès sa nomination en qualité d’ambassadrice de la République du Niger auprès des États-Unis, sous l’administration Obama en 2015, Son Excellence Professeur Hassana Alidou s’est très engagée activement dans le développement des relations nigéro américaines. Elle a reçu plusieurs témoignages d’excellence par plusieurs organisations américaines.

Aussi sous, l’impulsion du Président de la République, Chef de l’Etat, Issoufou Mahamadou, Mme Hassana Alidou s’est fortement impliquée dans l’élaboration et la finalisation du Compact du MCC pour un montant record de 437 millions de dollars américains et la visibilité du Niger. Elle suit pas à pas et avec une attention soutenue, l’exécution de ce programme, S.E. Alidou a un PhD. en linguistique et Diplôme d’Etudes Approfondies en Genre et Développement International de l’Université de l’Illinois. Avec l’aide du Thomas Jefferson Fellowship, financé par le gouvernement américain, elle a obtenu son doctorat en linguistique en 1997. Elle est Professeur Titulaire d’université des Etats-Unis d’Amérique. Elle a aussi enseigné en 1994 au Département de linguistique d’où elle reçu la formation universitaire initiale et Maitrise avec tableau d’honneur en 1987.

L’ambassadeur Hassana Alidou a travaillé sur divers projets éducatifs en Afrique, principalement axés sur la question de la qualité de l’éducation et la promotion des langues africaines comme langues d’enseignement et développement socio-économique dans les contextes de bilinguisme de convivialité avec les langues officielles telles que le français, l’anglais, l’espagnol et le portugais langues héritées de la période coloniale. Elle a également occupé divers postes en tant que professeur assistant à la Texas A & M University et professeur titulaire à la Alliant International University de San Diego, directrice régionale de l’UNESCO au Nigéria, Chargée de cours à Sussex University pour le cours de recyclage des spécialistes de l’Education de la Banque mondiale, Coordinatrice de Programme de la fondation allemande pour le développement international dans les pays du Sahel, Consultante de l’UNICEF, NORAD, SNV et le ministère de l’Éducation du Burkina Faso, ETC.

Imprimer E-mail

KALLA ANKOURAO DISCOURS NATIONS UNIS 02Les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) ont, en marge des travaux de l’Assemblée générale de l’ONU, tenu leur réunion annuelle de coordination le 28 septembre 2018 à New York aux Etats Unis d’Amérique. Au cours de cette réunion, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’Extérieur M. Kalla Ankouraou a, dans son intervention, rappelé les défis qui se posent à l’organisation avant de s’appesantir sur la situation dans la région du Sahel. Il a par la même occasion plaidé pour « une mobilisation accrue de l’OCI au Sahel et dans le bassin du Lac Tchad ».

Dans son intervention devant ses pairs, le chef de la diplomatie nigérienne a souligné le contexte international dans lequel se tient cette session. Un contexte où la solidarité internationale à l’égard de la cause palestinienne connaît un repli sensible en termes de soutien politique et matériel se traduisant par des restrictions budgétaires et la tendance à la reconnaissance, par certains membres de la communauté internationale, d’Al Qods (Jérusalem) comme capitale d’Israël. « Cette situation constitue une menace grave au processus de résolution du conflit israélo-palestinien et un défi pour notre organisation dont la position constante est la création d’un Etat palestinien souverain et indépendant avec comme capitale Jérusalem » a précisé M. Kalla Ankouraou.

Imprimer E-mail