Theresa May Ambassade UK NIGERLa Première ministre britannique, Theresa May L’un des faits marquants qu’on peut retenir de la tournée africaine de la Première ministre britannique est l’annonce faite depuis Pretoria, de l’ouverture prochaine d’une ambassade à Niamey (Niger) et aussi à N’Djamena au Tchad. L’ouverture de ces deux ambassades vise à « combattre l’instabilité dans l’une des régions les plus instables du continent » selon les mots de Mme Theresa May que cite l’AFP.

La cheffe du gouvernement britannique a, par la même occasion annoncé le renforcement des effectifs de l’ambassade britannique à Bamako (Mali). A travers ces mesures, il s’agit pour le pays de Theresa May de « renforcer son soutien aux efforts déployés par les pays africains pour lutter contre les facteurs sous-jacents de l'instabilité et des conflits», selon un communiqué du Ministère britannique des Affaires étrangères cité l’AFP. Cette expansion du réseau diplomatique britannique doit permettre aussi de "réduire les menaces potentielles posées à la sécurité britannique et européenne", selon la même source.

Du reste comme l’a si souvent rappelé le Chef de l’Etat nigérien SE. Issoufou Mahamadou, les conséquences des défis qui se posent actuellement au Sahel, sont loin de s’arrêter uniquement à la région du Sahel. C’est visiblement ce qu’ont compris un certain nombre de pays de l’autre côté de la méditerranée. C’est du moins ce que laisse entendre le secrétaire d’État britannique pour l'Afrique. « Nous ne devons pas permettre que l'instabilité au Sahel, exacerbée par les conflits régionaux, continue de freiner le développement et de s'étendre au reste de l'Afrique ou à l'Europe», a déclaré M. Harriett Baldwin.

Imprimer E-mail

Kalla Ankouraou Ambassade Niger FranceLe ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, en visite à Paris, dans le cadre de la conférence inter-libyenne, a mis à profit son séjour dans la capitale française et en marge des travaux, pour effectuer une visite de prise de contact avec le personnel de l’Ambassade de la République du Niger en France.

Cette visite, la première du genre, depuis la nomination de Monsieur Kalla Ankouraou à la tête de la diplomatie de notre pays, avait pour objectif principal de s’enquérir des conditions de vie et de travail du personnel de cette ambassade, une pièce centrale du dispositif de notre administration diplomatique à l’extérieur. En effet, en plus de la France, cette ambassade accréditée dans trois autres pays (l’Espagne, le Portugal et la Grande Bretagne), vient de voir sa zone de juridiction étendue à quatre nouveaux pays : la Principauté de Monaco, l’Ordre Souverain de Malte, l’Arménie et le Saint-Siège.

Ce dont s’est réjoui le Ministre Kalla Ankouraou, pour qui, cette extension de couverture géographique est en relation, pour en être la conséquence directe, des résultats patents, fruits l’une intense activité diplomatique menée, dans le cadre de la promotion de la crédibilité de l’Etat, à cette date, par une équipe jeune, dynamique et compétente qui évolue et exerce, dans cette représentation.

Cette rigueur s’est illustrée, pour en être appréciée, récemment, lors de la mise en place de la représentation du Haut Conseil des Nigériens de France- Section France- qui s’est déroulée sans anicroches, dans la plus grande sérénité. Le ministre Kalla Ankouraou a tenu à saluer ces efforts du personnel qui, malgré de multiples difficultés accomplit sa mission et son travail à la satisfaction de l’administration centrale et du gouvernement. Ce qui, a-t-il assuré, contribue à faire des représentations diplomatiques nigériennes, des vitrines de rayonnements, pour une meilleure visibilité de notre pays à l’extérieur et à la mise en œuvre du programme de la renaissance acte II.

Imprimer E-mail

Niger Belgique Ambassade NiameyMoins d'une semaine après l'accréditation de son chargé d'affaires en pied, la mission diplomatique de Belgique a inauguré lundi à Niamey le tout nouveau blason de sa représentation diplomatique, signe du réchauffement des relations de coopération entre Niamey et Bruxelles.

Selon le nouveau chargé d'affaires, Pierre Charlier, cette inauguration du blason et de ses plaques d'accueil qui intervient après la présentation de ses lettres de créances aux autorités nigériennes, rehausse la représentation belge au niveau d'ambassade, témoin de l'intérêt que la Belgique accorde au Niger.

La coopération au développement belgo-nigérienne a dans le passé couvert de nombreux domaines essentiels au développement, "mais l'évolution récente va vers une concentration dans un nombre plus restreint de secteurs pour diminuer la dispersion des moyens de façon à augmenter l'efficacité", a déclaré l'ambassadeur sortant de Belgique au Niger, avec résidence à Ouagadougou (Burkina Faso), Lieven De La Marche, présent à la cérémonie.

Ce changement, a-t-il précisé, "symbolise la volonté de mon pays d'affirmer de manière explicite son intérêt pour la République du Niger, qui se place dans un contexte d'un intérêt renouvelé pour la région de l'Afrique occidentale et notamment du Sahel".

Imprimer E-mail

Ibrahim Y atteinte objectifs G5 SahelLe Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou a rencontré, hier matin, à l’auditorium Sani Bako, les Ambassadeurs et les chefs des missions diplomatiques accrédités au Niger. A travers cette rencontre, il s’agit pour le chef de la diplomatie nigérienne de trans mettre le mess age du Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou, Président en exercice du G5 Sahel, à la communauté internationale pour une réelle mobilisation autour du développement et la sécurité au Sahel.

Dans le mot introductif qu’il a prononcé à l’entame de la rencontre, le Ministre en charge des Affaires Etrangères a remercié tous les ambassadeurs pour leur disponibilité à chaque fois qu’ils sont sollicités par le Gouvernement. M. Ibrahim Yacoubou a expliqué que cette rencontre a été sollicitée sur instruction du Président de la République qui assure la présidence du G5 Sahel au titre de l’année 2018. Aussi, le Ministre des Affaires Etrangères a saisi cette occasion pour transmettre le message de remerciement de la Présidence du G5 Sahel à la communauté internationale et aux amis du Sahel pour leur mobilisation, leur solidarité et leur appui dans le cadre du développement et de la sécurisation de la zone.

Le Ministre Ibrahim Yacoubou a ensuite rappelé quelques activités ou et actes récents illustrant cette solidarité. C’est le cas de la conférence de Bruxelles qui a été un formidable élan européen aux cotés du G5 sahel, précédé de l’annonce l’Union Européenne. « Cet élan s’est amplifié lors de la conférence de Bruxelles, où un grand nombre de pays européens ont annoncé et où réaffirmé leur contribution », a-t-il souligné, tout en saluant la contribution de l’Arabie Saoudite, des Emirat Arabes Unis, de la Turquie, et du Rwanda, des pays qui ont annoncé formellement un montant pour le soutien à cette force conjointe du G5 Sahel. Le Ministre en charge des Affaires Etrangères a indiqué que depuis le sommet du G5 Sahel tenu en février dernier, à Niamey, le Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou, désigné par ses pairs pour assurer la présidence de cette organisation, n’a ménagé aucun effort pour consolider les rapports entre les pays membres et la Communauté internationale. « SE. Issoufou Mahamadou s’était engagé à se mobiliser et à mobiliser les amis du Sahel pour que nous puissions relever les deux défis du développement et de la sécurité de notre espace » a dit M. Ibrahim Yacoubou.

Imprimer E-mail

Ibrahim Yacoubou journee internationale Francophonie 2018 L'Organisation internationale de la Francophonie (OiF) fête aujourd’hui 20 mars, ses quarante-huit (48) années d'existence, et l’événement est célébré sous le thème : « la langue française, notre trait d'union pour agir ». A la veuille de cette célébration, le ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. ibrahim Yacoubou, pré- sident de la Commission Nationale de la Francophonie, a livré un message dans lequel il s’est félicité de l'exemplarité du partenariat renforcé et diversifié, entre le Niger et l'OiF depuis sa création.

La célébration de la journée internationale de la Francophonie constitue un grand moment de rassemblement dans un même élan pour les pays ayant le français en partage, afin que la diversité des cultures, des parlers et des héritages s'incarne dans un espace de dialogue et de solidarité active autour des valeurs universelles, formé naguère par Léopold Sédar Senghor, Habib Bourguiba, Hamani Diori et Norodom Sihanouk, qui est devenu aujourd'hui une vaste communauté, a souligné le ministre en charge des Affaires Etrangères. Repartie sur les cinq continents, la francophonie concerne plus de 800 millions d'hommes et de femmes dans plus de quatre-vingt (80) pays, a indiqué M. Ibrahim Yacoubou. « La Francophonie est une idée, c'est aussi un projet. Les valeurs qu'elle défend se traduisent en actions, conduites dans des domaines aussi divers que la culture, la paix, la démocratie, le développement durable, les droits humains, l'éducation, les mé- dias, l'environnement et l'énergie » a expliqué M. Ibrahim Yacoubou.

Les membres de ce rassemblement œuvrent pour la promotion de leurs cultures respectives et pour le rapprochement de tous les peuples dans un esprit d'entraide et de solidarité. La Francophonie, a rappelé le ministre, est la communauté des peuples ayant le français en partage, une langue qui contribue à l'union de ces millions d'hommes et de femmes d'origines et de parcours si divers. «Nous sommes des millions à travers les cinq continents à fêter cette journée. Ce que nous célébrons, c'est notre langue commune, c'est cette conviction que rien ne peut se construire dans l'indifférence ou l'égoïsme, que rien ne peut se construire sans l'implication et l'engagement de tous les citoyens et citoyennes», a poursuivi le ministre en charge des Affaires Etrangères. Ces sont des hommes et des femmes qui l'ont voulue et mise en œuvre, longtemps avant que les gouvernements ne l'organisent.

Dans le sillage de ses pères fondateurs, a soutenu M. Ibrahim Yacoubou, ce sont encore des peuples qui l'animent aujourd'hui, unis par le français, ils n'en témoignent pas moins d'une grande variété de langues, de cultures, d'histoires et de religions. La Francophonie revendique cette diversité, garante à ses yeux des valeurs qu’elle défend. Elle figure également au nombre des grands rassemblements de notre temps et les missions qu'elle endosse, les objectifs qu'elle s'assigne reflètent cette portée universelle. «Dans la Francophonie multilatérale d'aujourd'hui, chaque pays parle d'une voix égale et participe également aux décisions collégiales. Une nouvelle ère est née, celle de relations plus équilibrées et d'actions concertées au service d'un idéal commun, formulé voici quarante-huit ans dans la Convention de Niamey», a déclaré M. Ibrahim Yacoubou. Pour lui cela témoigne, si besoin est, de la force et de la pertinence des valeurs qui fondent les actions de l'OIF depuis sa création.

Imprimer E-mail