Forfait Albarka - Orange Niger

jeudi, 01 décembre 2016 21:17

Notre compatriote SEM Abdou Abarry nommé Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Abdou Abarry Desire Kabila Lettres CreanceNotre compatriote SEM Abdou Abarry, a été nommé, en avril 2016, Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo. Il a présenté ses lettres de créance au Président de la République, S.E.M. Joseph Kabila Kabange, le 12 octobre 2016.

Notre pays vient d’enregistrer encore un important succès diplomatique, à travers la décision de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine, Madame Nkosazana Dlamini Zuma, de confier à notre compatriote S.E.M. Abdou Abarry, l’importante fonction de Représentant Spécial de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine en RDC.

Doctorant en droit de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et diplômé de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC), S.E.M. Abdou Abarry a occupé d’importantes fonctions au Niger, notamment :

Directeur Général chargé des relations bilatérales au ministère des Affaires étrangères,

Directeur général chargé de l’intégration Africaine au ministère de l’Enseignement supérieur, Conseiller à la présidence de la République, chef du protocole d’Etat.

Diplomate de carrière et jouissant d’expériences avérées, SEM Abdou Abarry fut tour à tour :

Conseiller du Niger auprès des Nations-Unis à New York de 1992 à 1997,

Ambassadeur du Niger auprès de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, de la Grèce et de l’Islande.

Représentant permanent du Niger auprès de l’Union Européenne des CIJ, CPJ, de l’OIAC et de l’OMD.

Chef du Bureau de Liaison de l'UA auprès de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja.

Cette nouvelle nomination est un témoignage et la reconnaissance des talents de nos diplomates tant au plan régional qu’international.

Boubacar Guédé

 

10ème Réunion de la Commission Tripartite HCR, Niger et Mali sur les réfugiés maliens : Des réfugiés maliens au Niger continuent de regagner leur pays

11.907, c’est le nombre de citoyens maliens ayant pris refuge au Niger depuis l’éclatement du conflit armé au Nord-Mali. Au cours de la 10éme Réunion de la Commission Tripartite HCR, Niger, Mali et de Groupe de Travail sur le rapatriement volontaire de ces réfugiés qui s’est ouverte, hier jeudi, à Niamey, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) apprend que 2.020 personnes parmi ces réfugiés sont volontairement retournées au bercail.

Il s’agit pour le Niger, le Mali et leur partenaire le HCR d’apprécier, au cours de cette rencontre, les stratégies et autres initiatives mises en œuvre afin de créer les conditions nécessaires au retour et au rapatriement des réfugiés maliens.

Selon Alexandra Maurelle, représentante du HCR au Niger « 11.907 réfugiés maliens vivant au Niger » et ayant bénéficié de l’accueil, de la facilitation conjointe du Gouvernement nigérien et du HCR, ont vu leur rapatriement volontaire au pays. Parmi ceux-ci figurent 2.020 personnes qui ont déjà pris l’initiative de retourner au Mali en 2017.

« Ce mouvement de retour bien que relativement timide indique que des solutions durables sont possibles pour peu que nous y travaillons ensemble. Cela seul suffirait à motiver le HCR à continuer ses efforts sur ces segments de déplacement forcé au Niger » a-t-elle commenté.

Lire la suite

Le Ministre Bazoum Mohamed réceptionne des armes lourdes remises volontaires par des jeunes de la région d'Agadez

Le Ministre Bazoum Mohamed réceptionne des armes lourdes remises volontaires par des jeunes de la régionTrente bandits qui opèrent dans les départements d'Ingal et Tchirozerine régions d'Agadez ont remis une importante quantité des armes composés de gros calibres, des munitions et des grenades. La cérémonie de remise s'est déroulé le mardi 20 février 2018 au gouvernorat d'Agadez sous la présidence du ministre d’Etat, en charge de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Religieuses et Coutumières M. Mohamed BAZOUM, en présence du Gouverneur de la région, du président du Conseil Régional d’Agadez, des responsables des FDS et des nombreux invités.

Une réponse à l’appel du président de la République

En remettant officiellement cet armement lourd au Ministre de l’Intérieur, le responsable qui a contribué à négocier ces bonnes volontés M. Aghali BARKA conseiller à la primature souligne : ‘’ Le Président de la République et le gouvernement de la 7ème République ont lancé un appel pour que toutes les personnes qui détiennent des armes illicites dans la région les déposent. Nous avons entendu cet appel et nous avons mené une démarche qui a donné ses fruits ce matin. Cette importante remise est donc une réponse à l’appel de SEM. Issoufou MAHAMADOU, Président de la République. Ce sont des armes de guerre de gros calibres et petits calibres dont des 12.7 et roquettes et une grande quantité de munitions que ces jeunes ont accepté volontairement de remettre aux autorités de la région d’Agadez. C’est une fierté pour moi en tant que leader de la région mais aussi conseiller à la primature d’avoir convaincu ces jeunes que la paix n’a pas de prix et qu’ils doivent comprendre qu’il est grand temps pour qu’ils contribuent au développement de leur région. Agadez a besoin de paix’’.

Poursuivant son intervention, le conseiller à la primature d’ajouter : ‘’ Nous tenons ici à remercier les autorités régionales qui nous ont appuyés, et qui nous ont écouté dans cette démarche. Nous remercions le Président de la République SEM. Issoufou MAHAMADOU qui est un homme de paix et le gouvernement pour la confiance qu’il nous accorde. Cette cérémonie est d’une grande importance d’autant plus qu’elle se déroule en présence du Ministre de l’Intérieur. Je pense que d’autres cérémonies de ce genre vont se faire très prochainement car nous avons cette volonté d’aller partout où il est nécessaire pour convaincre toutes les personnes qui détiennent des armes illicites de les remettre aux autorités. Nous demandons seulement aux autorités de nous accompagner pour mener une grande sensibilisation en faveur de la paix sur l’ensemble du territoire de la région d’Agadez. La paix est indispensable pour espérer le développement, et nous allons continuer à apporter notre contribution pour consolider cette paix qui est l’une des grandes priorités des autorités de la 7ème République’’.

Lire la suite

Niger : L’arbitre international Lucien Bouchardeau est décédé

Lucien Bouchardeau NigerL’ancien arbitre international nigérien, Lucien Bouchardeau, est décédé hier, mardi, suite à un arrêt cardiaque a-t-on appris de ses proches, notamment son fils, Issa Lucien Bouchardeau qui a annoncé le décès sur sa page Facebook.

Malade depuis quelques temps, son état nécessitant une intervention à l’étranger dont il n’avait pas les moyens, Lucien Bouchardeau en avait appelé, directement au Chef de l’Etat, pour sa prise en charge.

Son évacuation sanitaire qui requière un montant de 10 millions de Fcfa a été autorisée par le président Issoufou Mahamadou et devait intervenir incessamment. Malheureusement, celui-ci succombera avant. Lucien Bouchardeau était âgé de 57 ans.

Il a eu a officié plusieurs rencontres internationales dont la Coupe du monde de football qui a eu lieu en France en 1998.

Au cours de ce Mondial, lors du match Italie-Chili, il accorda au Chili un penalty qui sera contesté par l’Italie. Il accordera par la  suite une interview à un journal sportif italien pour se justifier. Ce qui est formellement interdit par la FIFA qui décide alors de sa suspension de ce mondial.

En froid avec la Fédération nigérienne de football (FENIFOOT), Lucien Bouchardeau remet sa démission à l’instance du football nigérien en 2001 pour protester, selon lui, contre le mauvais traitement, par cette dernière, qui n’a pu placé aucun arbitre nigérien à la phase finale de la CAN-2002 au Mali et à la Coupe du monde 2002 qui s’est tenue au Japon et en Corée du Sud.

Lire la suite

Faut-il rendre oui ou non la polygamie obligatoire au Niger ?

 Image d'illustrationLe Niger est un pays du sahel, avec une population qui tourne actuellement autour de 17 millions d’habitants. La majorité de la population est constituée de jeunes. Dans cet ensemble, les femmes représentent 50,3% de la population. La démographie quant à elle est favorisée par la grande fertilité des femmes nigériennes qui peuvent enfanter jusqu’à 7 enfants en moyenne. Aussi, constate-t-on que le nombre de femmes ne cesse de croitre. Cette situation ne va pas sans engendrer des difficultés à d’innombrables femmes qui n’arrivent pas à entrer dans la vie conjugale.

En Erythrée, un pays de la corne de l’Afrique la polygamie est devenue obligatoire. Dans ce pays, dans le texte de loi qui impose la polygamie, on trouve ce qui suit : « En se basant sur le jugement de Dieu à propos de la polygamie et des circonstances actuelles du pays (beaucoup plus de femmes que d’hommes), le département érythréen des affaires religieuses a pris les décisions suivantes : D’abord, tous les hommes devront marier au moins deux femmes ; et l’homme s’y opposant pourrait purger une peine d’emprisonnement à vie avec travaux forcés ». Les menaces ne sont cependant pas que pour les hommes car, il est précisé : « La femme qui essaye de dissuader son mari d’épouser une autre femme encourt une peine d’emprisonnement à vie ». Dans la foulée des pays qui vont dans le sens de rendre la polygamie obligatoire, on a également le Soudan, où un projet de loi a été proposé par le gouvernement soudanais dans lequel on peut lire : “Tout soudanais à l’âge de 40 ans est désormais obligé de se marier à une deuxième épouse». Dans le pays d’Omar El Bachir, ce projet de loi stipule aussi que toute femme qui empêche son mari de se marier à une deuxième femme sera punie conformément à cette nouvelle règlementation.

Alors, le gouvernement Nigérien peut-il élaborer un projet de loi qui rendra la polygamie obligatoire ? La question est grandement posée. Au regard de la situation que vive une grande partie de la gente féminine, le sujet mérite l’attention particulière du Ministère en charge des affaires religieuses. En effet, à l’heure actuelle, plusieurs femmes sont en train de devenir des vieilles filles sans avoir eu l’opportunité de se marier. Certes, nous sommes dans un pays à majorité musulmane, cependant, la polygamie n’est pas acceptée par les femmes. Pourtant, l’Islam autorise la polygamie, même si l’écrasante majorité des femmes s’y oppose.

Lire la suite

La Police Régionale de Zinder démantèle un réseau de voleurs de motos et interpelle deux individus en possession de faux billets de banque

La Police Régionale de Zinder démantèle un réseau de voleurs de motos et interpelle deux individus en possession de faux billets de banqueLa Police Régionale de Zinder (950kms au sud-est de Niamey) a mis la main la semaine dernière sur un réseau de voleurs de motos et interpellé deux individus en possession de faux billets de banque en coupures de 10.000 FCFA.

L’information n’a été révélée que le dimanche soir par le Directeur Régional de la Police, M. Tongueye Boureima, lors d’un point de presse

Parmi les 11 voleurs de motos, six sont déjà déférés à la Prison Civile de la ville dont un enseignant considéré comme le ‘’cerveau de l’affaire’’.

Au cours de l’opération, la Police a récupéré 11 motos et des armes blanches. Les motos volées sont vendues sur les marchés ruraux de la Région, où ces individus indélicats, procèdent eux-mêmes à l’établissement de faux certificats de vente et de dédouanement.

En outre, deux autres individus en possession de faux billets de banque en coupure de 10.000FCFA ont été écroués par la Police, qui a par ailleurs appréhendé une dizaine de personnes qui se sont constituées en prétendu Comité de Vigilance aux alentours du quartier Sabka Lahiya (Birni), où ils rançonnaient à des heures indues de la nuit de paisibles citoyens à pied ou à motos.

ANP

19 février 2018
Source : La Nation

Lire la suite



23 novembre 2016
Source : http://Nigerdiaspora.Net/

Dernière modification le samedi, 03 décembre 2016 01:02

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey