jeudi, 01 décembre 2016 21:17

Notre compatriote SEM Abdou Abarry nommé Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo

Rate this item
(1 Vote)

Abdou Abarry Desire Kabila Lettres CreanceNotre compatriote SEM Abdou Abarry, a été nommé, en avril 2016, Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo. Il a présenté ses lettres de créance au Président de la République, S.E.M. Joseph Kabila Kabange, le 12 octobre 2016.

Notre pays vient d’enregistrer encore un important succès diplomatique, à travers la décision de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine, Madame Nkosazana Dlamini Zuma, de confier à notre compatriote S.E.M. Abdou Abarry, l’importante fonction de Représentant Spécial de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine en RDC.

Doctorant en droit de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et diplômé de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC), S.E.M. Abdou Abarry a occupé d’importantes fonctions au Niger, notamment :

Directeur Général chargé des relations bilatérales au ministère des Affaires étrangères,

Directeur général chargé de l’intégration Africaine au ministère de l’Enseignement supérieur, Conseiller à la présidence de la République, chef du protocole d’Etat.

Diplomate de carrière et jouissant d’expériences avérées, SEM Abdou Abarry fut tour à tour :

Conseiller du Niger auprès des Nations-Unis à New York de 1992 à 1997,

Ambassadeur du Niger auprès de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, de la Grèce et de l’Islande.

Représentant permanent du Niger auprès de l’Union Européenne des CIJ, CPJ, de l’OIAC et de l’OMD.

Chef du Bureau de Liaison de l'UA auprès de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja.

Cette nouvelle nomination est un témoignage et la reconnaissance des talents de nos diplomates tant au plan régional qu’international.

Boubacar Guédé

 

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilité des céréales à Katako pour couvrir les besoins des populations

Cereales Katako NiameyA quelques heures du début du mois béni de Ramadan, les prix des céréales tels que le mil, le maïs, le sorgho et le haricot connaissent une hausse. Cette flambée des prix de ces céréales inquiète plus d’un consommateur au regard leur ancrage dans les habitudes alimentaires des populations nigériennes. En effet, au marché de Katako qui est l’épicentre en matière de vente des céréales, les camions gros porteurs accèdent aux points de décharge après plusieurs manœuvres. Quant aux piétons, ils sont obligés de faire des acrobaties pour accéder au marché.

A l’intérieur du marché, d’autres camions sont stationnés à côté des magasins. Les dockers se bousculent en s’invectivant souvent. Chacun veut intégrer le groupe chargé d’accomplir ce travail qui consiste à décharger le camion et stocker les céréales dans les magasins prévus à cet effet. Nombre des magasins sont déjà remplis de diverses céréales Cette disponibilité renseigne déjà le visiteur ou le consommateur sur le niveau des préparatifs du mois béni de Ramadan du côté des commerçants.

Lire la suite

Le président du Niger Mahamadou Issoufou rend hommage au journaliste Jean-Karim Fall

Jean Karim Fall Nigerien 04Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, a rendu hommage, samedi, au journaliste et rédacteur en chef de France 24, Jean-Karim Fall, décédé subitement la veille, alors qu'il couvrait le sommet du G7.

"Je garde le souvenir d'un grand professionnel, de quelqu'un qui a toujours donné l'information qu'il faut sur l'Afrique, sur la situation de nos pays, une information objective et rigoureuse sans travestir les réalités africaines." C'est en ces termes élogieux que le président du Niger a tenu, samedi 27 mai, à rendre hommage au journaliste et rédacteur en chef de France 24, Jean-Karim Fall, décédé brusquement la veille, alors qu'il couvrait le sommet du G7 en Sicile. "C'est, je crois, le souvenir que gardent tous les Africains qui l'ont connu", a-t-il ajouté.

Lire la suite

La lutte contre le mariage des jeunes filles au Niger : implique-toi.

Jeunes filles NigerEffet de mode ou pratique socioculturelle néfaste, le mariage précoce est devenu de nos jours un phénomène planétaire. Le Niger ne fait pas exception à la règle. Les jeunes filles sont souvent mariées à un âge très précoce, sans leur consentement. Parmi les femmes de 25 à 49 ans, 77% étaient déjà mariées à 18 ans, 30% à 15 ans. L’âge médian de la première union est de 15,7 ans. Les garçons eux sont mariés à un âge tardif 24,2 ans en moyenne. Trois filles sur quatre sont mariées avant 18 ans (Recensement Général de la Population de 2012). Ainsi le Niger bat le record mondial de mariage précoce avec un taux de 72%.

Cette pratique était l’œuvre des populations rurales, surtout les jeunes filles analphabètes. Aujourd’hui le mariage précoce n’épargne pas les citadines et touche aussi les adolescentes en cours de scolarisation. Leur voix compte peu. Ce qui les empêche de poursuivre leurs études et de réaliser leurs vœux, de suivre une formation professionnelle qui leur permettra d’être autonome financièrement; de mieux cerner les questions de santé de reproduction, de droits humains etc. Cette pratique se fait de diverses manières et se retrouve dans les huit régions du Niger. En effet, le plus souvent ces mariages précoces sont arrangés par les parents qui décident de donner leur fille en mariage à un cousin, le fils d’un ami, d’une connaissance, d’un voisin etc. en vue soit de consolider leurs amitiés, pour conserver leurs cultures, leurs traditions, les liens de parenté ou bien ils monnaient leurs filles parce que le prétendant est riche ou détient un pouvoir quelconque, pouvait leur servir, soit pour rembourser des dettes…

Lire la suite

Ramadan : La campagne du sucre est ouverte

Sucre Ramadan NigerNous sommes dans le dernier virage sur le chemin qui mène au mois sacré du Ramadan. A ce stade déjà, on ressent les prémices de la campagne du sucre. En effet, comme de coutume, le sucre sera au rendez-vous de tous les menus durant tout le mois de jeûne.

Ce qui place ce produit au centre d'une grande spéculation. Cela d'autant plus que, selon une certaine pratique qui a fortement pris racine dans nos traditions, il faut s'investir, et ne jamais démériter, dans la distribution - pas en carreaux, plutôt en paquets ou en cartons ! -du sucre aux parents, amis, alliés, connaissances et proches collaborateurs.

Forts donc de cette tradition, certains n'en demandent pas plus pour se lancer dans une quête féroce qui fait ainsi du sucre la denrée la plus consommée, réclamée et distribuée à l'occasion du jeûne du mois de Ramadan. Aussi, pour certaines catégories de gens, l'enjeu qui entoure l'octroi de l'incontournable cadeau s'annonce plutôt crucial. Imaginez un peu le sort du responsable ou du leader, en tout cas tout celui qui peut se prévaloir des honneurs dus à un ''chef'', qui manquerait à cet impérieux devoir d'arroser son entourage de cartons de sucre…Il en est de même du jeune marié qui tenterait de convaincre son épouse de son incapacité à fournir la ''cargaison sucrée'' à sa belle famille. Pour sûr, la ''amariya'' ne comprendra rien.

Mais cette campagne du sucre a un goût plutôt salé pour le prétendant appelé à dépêcher une délégation de ses soeurs, croulant sous le poids des cartons de sucre, auprès de ses beaux-parents. Preuve d'amour, reconnaissance de fidélité, opération de charme ou corruption? Quoi qu'il soit, l'enjeu est de taille. Aussi, entre les filles, désireuses d'obtenir le geste tant attendu du bien-aimé, et les garçons, qui tentent à tous prix d'esquiver le coup (donc le coût !) du sucre, le challenge prend souvent le ton d'un cruel jeu du chat et de la souris. Un jeu dont la règle est claire : s'exécuter en envoyant autant de cartons qu'il en faut ou disparaître à jamais. Pour les prétendants sérieux, la première option s'impose, avec tout ce que cela implique en terme de coût à supporter.

Assane Soumana 

24 mai 2017

Publié le 07 Septembre 2007
Source : http://lesahel.org/


 

Lire la suite

Zinder/La veille du Ramadam : La spéculation

"zinder ramadan"Dans la région de Zinder, pendant le mois de ramadam, les habitudes alimentaires font qu’il y a des aliments qui sont les plus consommés. Il s’agit du mil, du riz, du maïs, du sucre, de l’huile, de la viande, des fruits et légumes principalement de la salade, des jus et fruits de la glace et du pain.

La glace, le sucre, la salade et les jus de fruits sont plus consommés que les autres.

A quelques jours seulement du début du mois de ramadam, les prix des relevés effectués sur les marchés Dollé et Kolya de la ville de Zinder, par l’INS, restent globalement acceptables.

Lire la suite



23 novembre 2016
Source : http://Nigerdiaspora.Net/

Last modified on samedi, 03 décembre 2016 01:02

Affiche Amintchi Niger SIM Nigerdiaspora Main Botom