Bonne Fête ! Barka Da Salah ! Wa Kayessi !

jeudi, 01 décembre 2016 21:17

Notre compatriote SEM Abdou Abarry nommé Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Abdou Abarry Desire Kabila Lettres CreanceNotre compatriote SEM Abdou Abarry, a été nommé, en avril 2016, Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo. Il a présenté ses lettres de créance au Président de la République, S.E.M. Joseph Kabila Kabange, le 12 octobre 2016.

Notre pays vient d’enregistrer encore un important succès diplomatique, à travers la décision de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine, Madame Nkosazana Dlamini Zuma, de confier à notre compatriote S.E.M. Abdou Abarry, l’importante fonction de Représentant Spécial de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine en RDC.

Doctorant en droit de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et diplômé de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC), S.E.M. Abdou Abarry a occupé d’importantes fonctions au Niger, notamment :

Directeur Général chargé des relations bilatérales au ministère des Affaires étrangères,

Directeur général chargé de l’intégration Africaine au ministère de l’Enseignement supérieur, Conseiller à la présidence de la République, chef du protocole d’Etat.

Diplomate de carrière et jouissant d’expériences avérées, SEM Abdou Abarry fut tour à tour :

Conseiller du Niger auprès des Nations-Unis à New York de 1992 à 1997,

Ambassadeur du Niger auprès de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, de la Grèce et de l’Islande.

Représentant permanent du Niger auprès de l’Union Européenne des CIJ, CPJ, de l’OIAC et de l’OMD.

Chef du Bureau de Liaison de l'UA auprès de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja.

Cette nouvelle nomination est un témoignage et la reconnaissance des talents de nos diplomates tant au plan régional qu’international.

Boubacar Guédé

 

9ème Journée mondiale de lutte contre la drépanocytose : Un guide et un appel pour une prise en charge de qualité

A l’instar des autres pays du monde, le Niger a célébré hier 19 juin, la Journée mondiale de lutte contre la drépanocytose. Plusieurs activités ont été organisées, au Centre National de Référence de la Drépanocytose (CNRD) de Niamey, pour la célébration de cette journée. Discours, animations culturelles, visites, dons, étaient notamment au programme. Ces activités ont eu lieu en présence de la Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou, présidente de la Fondation Tattali Iyali et marraine de la lutte contre la drépanocytose, des députés nationaux, des membres du gouvernement, du Représentant du Consulat de Monaco et de plusieurs invités dont des responsables du Ministère de la santé publique, du CNRD ainsi que des parents et malades drépanocytaires. Le thème retenu pour cette édition est : «Guide harmonisé : un tournant dans la vie des drépanocytaires”.

C’est d’abord le Président du Conseil d’Administration du CNRD, Pr Daouda Hamani, qui a pris la parole pour remercier les autorités ainsi que les nombreux invités, de leur présence à cette cérémonie. Ce qui témoigne, selon lui, de l’intérêt qu’ils portent à la question de la santé en général et à celle de la drépanocytose en particulier. Abordant le thème du la journée, le Pr Daouda Hamani s’est dit : «convaincu que ce guide de prise en charge des malades drépanocytaires, élaboré par des spécialistes de 5 pays de l’Afrique de l’ouest, dont le Niger et Madagascar, va non seulement améliorer l’état de santé de nos patients mais aussi permettre au centre de référence de la drépanocytose un meilleur accueil». Il a rappelé que la drépanocytose est la première maladie génétique au monde et se transmet de façon héréditaire, autosomique récessive. «Dans le monde, près de 120 millions d’individus en sont affectées et chaque année près de 300.000 enfants naissent avec un syndrome drépanocytaire majeur. Il s’agit d’une maladie de la souffrance physique et psychologique, une maladie chronique et invalidante, une maladie qui malgré sa grande fréquence, reste encore mal connue et mal prise en charge dans nos pays », a-t-il ajouté.

Lire la suite

Affaire cellule crise alimentaire : A quand le procès ?

Mallah Ari Saidou Bakari Ide Kallilou 01

Mis aux arrêts depuis 2016 dans le carde de la gestion de la Cellule crise alimentaire en 2005, Mallah Ari, Saidou Bakari, Idé Kallilou et plusieurs autres personnes cités dans le dossier attendent toujours un procès équitable. En effet, des soupçons de détournement pèsent sur les mis en cause. Apres deux ans d’incarcération, l’on se demande pourquoi les concernés ne peuvent-t-ils pas bénéficier d’une mise en liberté conditionnelle du moment que le procès traine ?

L’affaire dans laquelle Mallah Ari, Saidou Bakari et Idé Kalilou sont cités remonte à 2005 sous le régime de l’ancien Président Tandja Mamadou. Considérés comme les oubliés de la justice, l’opinion publique est quelque peu perplexe devant la lenteur de l’instruction. Pour rappel, il s’agit de la gestion d’un don de vivres fait par les partenaires Techniques et Financiers. Au moment des faits, Bakari Saidou était Coordonnateur de la Cellule crise alimentaire et Mallah Ari, Directeur de Cabinet du Premier ministre Hama Amadou. Dans l’affaire, les partenaires ont reconnu que la gestion de ce don a été d’une parfaite transparence comme l’atteste de nombreux documents dont ceux de la réception par l’OPVN. En 2011 Saidou Bakari devenu Député, l’union interparlementaire, saisi, avait estimé que son arrestation est purement politique.
Du fait de la lenteur de l’instruction, le conseil a demandé et obtenu le dessaisissement du dossier.
Dans tous les cas, pour une question de justice l’affaire doit être vidée !

M.H

19 juin 2018
Source : Le Nouveau Républicain

Lire la suite

Saisie de 2,5 tonnes de résine de cannabis d’une valeur de plus de 3 milliards de FCFA à Niamey

Saisie de 2,5 tonnes de résine de cannabis d’une valeur de plus de 3 milliards de FCFA à NiameyLa police nigérienne a annoncé avoir opéré vendredi 15 juin à Niamey  une saisie de 2,5 tonnes de résine de cannabis dont la valeur marchande est estimée à plus de 3 milliards de franc CFA, soit un peu plus de 4,750 millions Euros.
Douze personnes des nationalités nigériennes et étrangères ont été interpellées dans le cadre de ce  vaste réseau international de trafic  qui opère dans la sous-région avec comme pays de transit le Niger en direction du Maghreb et l’Europe, précise la police.
Au total, 12.180 plaquettes de résine , soit deux ( 2 ) tonnes et demi de cette substance  ont été saisies entreposées sur un site de plus de 3000 m2, situé dans un quartier périphérique de Niamey servant de garage, mis sous surveillance par l'Office Central de Répression du Trafic Illicite des stupéfiants ( OCRTIS ), explique la police.
Après plus de huit (8) semaines de surveillance, dans la nuit du mardi 13 au mercredi 14 juin 2018, des narcotrafiquants ont attaqué les agents de l'ORCTIS sur le site surveillé. Il s'en est suivi une réplique des agents de l'OCRTIS appuyés par les éléments du Groupe d'Intervention de la Police Nationale. Certains des assaillants ont pris la fuite et deux (2) mis aux arrêts, annonce-t-on de même source  sans préciser s’il y a eu des blessés.

Lire la suite

Les actes à faire la veille et le jour de la fête de Ramadan : Par Cheikh Boureïma Abdou Daouda

Les actes à faire la veille et le jour de la fête de Ramadan : Par Cheikh Boureïma Abdou Daouda Louanges à Allah Seigneur de l'Univers, Il connaît ce qui est caché et ce qui paraît au grand jour. Il a fait des croyants des frères, Il leur a recommandé Sa crainte et l'attachement à Sa corde c'est-à-dire au Saint Coran, et Il leur a interdit la division et la divergence. Je Lui suis reconnaissant exalté soit-Il. Je témoigne qu'il n'y a point de divinité digne d'adoration hormis Allah l'Unique sans associé et que Mouhammad est Son serviteur et Son Envoyé. Qu'Allah lui accorde Son salut et Ses prières ainsi qu'à sa famille, à ses Compagnons et à tous ceux qui emboîteront leurs pas sur le chemin du bien jusqu'au Jour Dernier. Chers frères et soeurs en Islam, craignez Allah et sachez que l'Islam a pris soin à travers le Saint Coran et la Sounnah du Prophète- de la société humaine et de la résolution de ses problèmes et maux. Ceci parce que l'Islam est la religion d'humanisme par excellence. Il est venu en effet pour honorer et libérer 'être humain. En Islam, la spiritualité et l'humanisme s'épousent étroitement et marchent ensemble. L'Islam ne conçoit pas l'être humain comme un individu isolé du monde, vivant dans un désert ou dans une grotte ou dans un couvent. Au contraire il le conçoit toujours dans une société où il influence et où il est influencé, une société de laquelle il profite et qui profite de lui. C'est la raison pour laquelle Allah dans Ses prescriptions s'adresse toujours à la communauté croyante et jamais à l'individu tout seul. Chers frères et soeurs en Islam, nous allons vous rappeler les actes à faire la veille et le jour de la fête de Ramadan. Sachez qu'il y a plusieurs actes, bienséances et comportements à observer la veille et le jour de la fête de Ramadan dont:

1- Prononcer le Takbîr = proclamation de la grandeur d'Allah.

Cette proclamation ou exaltation de la grandeur d'Allah (Takbîr) commence la veille de la fête de Ramadan dès l'annonce de la fin du jeûne du Ramadan soit par la vision du croissant lunaire marquant le mois de Chawwal soit par la fin du trentième jour du Ramadan. Allah le Très Haut a dit à propos du jeûne de Ramadan: "Le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement (entre le vrai et le faux). Donc quiconque d'entre vous aperçoit [le croissant lunaire la première nuit] du mois (de Ramadan, c'est-à-dire qui est présent à la maison et non en voyage), qu'il observe le kiyâm (le jeûne) !

Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu'il jeûne un nombre égal d'autres jours. Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d'Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants!". Sourate 2, verset 185. La formule de ce Takbîr est la suivante : "Allahou akbar! Allahou akbar! Allahou akbar! La ilaha illallahou, Allahou akbar, Allahou akbar, wa lillahil hamd". Il n'y a pas de mal ni empêchement à ce que le musulman ajoute à cette expression les mots suivants: "Allahou akbarou kabîra, wal hamdou lillahi kasîra, wa soub-hanal-lahi boukratan wa açîla, la ilaha illallahou wahdahou, çadaqa wa'dahou, wa naçara abdahou, wa a-azza djoundahou, wa hazamal ahzâba wahdahou, la ilaha illallahou, wa la na'boudou illa iyyâhou, moukh-licîna lahoud-dîna wa law karihal kâfiroûna. Allahoumma çalli ala sayyidina Mouhammadine wa ala âli sayyidina Mouhammadine wa ala aç-hâbi sayyidina Mouhammadine wa ala azwâdji sayyidina Mouhammadine wa sallim wa bârik alaïhi wa alaïhim kasîran kasîra". Il est de la tradition prophétique ou Sounnah pour les hommes de prononcer à haute voix ces formules caractéristiques des fêtes islamiques dans les mosquées, les marchés, les rues et les maisons, en guise d'exaltation de la grandeur d'Allah et en guise de l'annonce publique de Son adoration et de Ses remerciements. Quant aux femmes musulmanes, elles les prononcent à basse voix. Quel beau spectacle que de voir les musulmans grands et petits proclamer la grandeur d'Allah et Sa munificence partout dans les quartiers à l'occasion de la fin du Ramadan, remplissant ainsi l'espace par ces formules de remerciement et de l'affirmation de l'Unicité d'Allah dont ils espèrent la miséricorde et craignent le châtiment. Cette proclamation de la grandeur d'Allah se poursuit jusqu'au moment de l'accomplissement de la prière de Id où elle prend fin en ce qui concerne la fête de Ramadan.

(A suivre!)

Lire la suite

Préparatifs de la fête de Ramadan : Stabilité relative des prix de la volaille au niveau des marchés de la capitale

images/Pintade_Niger.jpgA l’instar du reste de la communauté musulmane, les fidèles de notre pays vont célébrer, dans quelques heures, la fête de l’Aïd El Fitr communément appelé fête de Ramadan. Les préparatifs vont bon train ; les marchés de la capitale s’animent déjà avec une affluence beaucoup importante que d’habitude. Au moment où certains s’activent à l’achat des vêtements, d’autres pensent à la volaille. En effet, l’Aïd el fitr est connu pour être une fête de grande consommation de la volaille. Du coup, les marchés de la volaille grouillent de monde et cela jusqu’à tard dans la nuit de la veille de cette fête.

Cette fête est aussi un moment de joie, de partage de repas entre les familles et ou des proches. Ainsi pour rendre très agréables leurs mets, les fidèles recourent le plus souvent à la viande de volaille : poulets, pintades, dindons! En cette veille de fête, les coins réservés à la vente de la volaille ne désemplissent pas au niveau des marchés comme Boukoki, Yantala, Djamadjé, Wadata ou Harobanda. D’autres vendeurs ambulants, à pied, à bicyclette, ou à moto déambulent dans les artères de la capitale à la recherche de la clientèle. Au niveau du marché de Boukoki, des voitures et des motos déchargent des paniers pleins de pintades et poulets devant des clients impatients de s’en approvisionner. Selon Boubacar Moctar, un commerçant de volaille, environ 10 camions pleins de pintades arrivent au niveau de ce marché chaque jour.

« Aujourd’hui j’ai amené environs 1500 poulets et 2000 pintades que je vends à un prix très abordable qui varient selon la grandeur de la pintade. Si c’est une grande pintade, le prix est de 5.000FCFA, la petite à 4000FCFA tandis que pour le poulet, les prix vont de 2500F à 3000FCFA », dit-il. Cette année il y’a plus de clientèle par rapport aux années passées, fait remarquer Boubacar Moctar. «Actuellement, j’arrive à vendre au moins 200 pintades à l’approche de cette fête», dit-il avant de prévenir que le prix peut augmenter. «Mais cela, n’est pas dû à notre faute car de fois, c’est au niveau des marchés comme la ville de Say et Torodi où on part s’en approvisionner en gros que les prix augmentent», souligne Boubacar Moctar.

Lire la suite



23 novembre 2016
Source : http://Nigerdiaspora.Net/

Dernière modification le samedi, 03 décembre 2016 01:02

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey