Renaissance culturelle : Canal+ s’engage à propulser les talents artistiques et culturels du Niger dans les plateformes internationales

Renaissance culturelle : Canal+ s’engage à propulser les talents artistiques et culturels du Niger dans les plateformes internationalesDans le volet de ses actions citoyennes, Canal+ Niger vient en appui au développement de la culture nigérienne, avec deux programmes. Il s’agit d’une part de la formation d’une quinzaine de producteurs-réalisateurs en vue de l’amélioration de la qualité des créations, et d’autre part de la sélection d’une vingtaine d’humoristes dans le cadre d’une émission de canal Comédie Club.En somme, cela vise à propulser les talents du terroir dans les plateformes internationales, dont les chaines du bouquet Canal+.  

Hier matin, à Niamey, les grandes lignes de l’initiative ont été déclinées au ministre de la renaissance culturelle, des arts et de la modernisation sociale, M. Assoumana Malam Issa, par le directeur de Canal+ Niger, M. Cheick Sarr, en présence notamment du président de la fédération nigérienne des associations artistiques et culturelles.  

A travers le premier programme, des acteurs culturels seront outillés pour améliorer la qualité des productions et créations artistiques, afin d’avoir des projets compétitifs sur toutes les plateformes internationales dont les chaines du bouquet Canal+. La formation de haut niveau concernera certes une quinzaine des producteurs et réalisateurs nigériens, mais le ministère de tutelle entend vulgariser au mieux l’essentiel de son contenu afin de rependre largement la donne du professionnalisme dans l’écosystème culturel national.

Le deuxième programme consiste particulièrement à l’emportement des talents humoristiques dans des émissions de Canal+. « Des talents qui ne sont pas forcément des professionnels, que nous allons sélectionner ici, pour monter une émission sur Canal Comédie Club. C’est une opportunité d’exposer ces jeunes talents là au monde entier », précise le directeur de Canal+ Niger, M. Cheick Sarr.

D’après le directeur de Canal+ Niger, la mise en œuvre des deux programmes, qui viennent d’être présentés au ministre de la renaissance culturelle, sera lancée à partir du deuxième trimestre de cette année 2020.

A ses débuts en Afrique, il y a 25 ans, Canal+ s’est déployé avec un programme plutôt français. Aujourd’hui, comme l’on peut le constater, la tendance est renversée. Selon Cheick Sarr, il y’a « de plus en plus des productions des africains pour l’Afrique et par les africains, avec de grosses unités de production installées à travers le continent ». Ainsi, dans cette démarche, Canal+ Niger s’ouvre à l’écosystème culturel national, avec les deux programmes aussi pertinents qui jettent les ponts d’un partenariat fructueux avec les acteurs, à travers le ministère de la renaissance culturelle.

L’étape de présentation des programmes est l’aboutissement d’un long processus de travail, jalonné de plusieurs séances d’échanges entre les deux parties, à savoir le ministère de la renaissance culturelle et l’équipe de Canal+ Niger. A cette occasion solennelle, le ministre Assoumana Malam Issa a salué à juste titre cette volonté de Canal+ à accompagner la renaissance culturelle, notamment dans le cadre de la promotion des talents. Pour lui, cela va nous permettre d’accéder plus aux chaines Canal+ et d’autres plateformes au concert des cultures du monde. Réjoui d’entendre que «chez Canal+, la matière première, c’est le talent », le ministre de renaissance culturelle, des arts et de la modernisation sociale, M. Assoumana Malam Issa a dit justement que le Niger en regorge. « Et nous allons faire en sorte que ce talent soit détecté, accompagné et avoir accès aux chaines Canal+ », a-t-il soutenu.

Il faut rappeler que, d’ores et déjà, certains artistes nigériens (tels que Altesse le Slameur, Ado, MDM, Oneens ou Akeem) passent sur Canal+, à travers les émissions humoristiques et autres programmes de chaines de musique. « Nous allons continuer la démarche avec d’autres partenaires », réitère le ministre.

« Nous voulons que l’accompagnement soit au diapason de ce qui a été fait pour les autres, pour que les nigériens portent également leur voix au concert des nations, pour parler de notre pays qui a beaucoup à vendre aux yeux du monde », a conclu, à son tour, le président de la fédération nigérienne des associations artistiques et culturelles.

Mahamane Chékaré Ismaël(onep)

28 février 2020
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

 #findesviolencesfaitesauxfemmes#findesviolencesfaitesauxfemmes

 

Culture