2ème édition de la Fête des éleveurs ou ‘’Hottungo’’ à Birni N’Gaouré : Renforcer la pratique du vivre ensemble

2ème édition de la Fête des éleveurs ou ‘’Hottungo’’ à Birni N’Gaouré : Renforcer la pratique du vivre ensembleDu 8 au 9 février derniers a eu lieu à Silankey dans la commune de Birni’n Gaouré la fête des éleveurs ou ‘’ Hottungo’’. Une fête qui fait la promotion et le maintien des liens culturels entre les communautés sédentaires et les nomades. C’est le cadre de concertation Kawtal Waafakey et les organisations d’éleveurs de la localité qui ont organisé l’évènement. Le thème de cette deuxième édition est ‘’Education, formation emploi pour la sécurité et le développement’’. C’est le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Albadé Abouba, qui a procédé au lancement des activités de cette 2ème édition en présence du Ministre d’Etat à la Présidence, M. Massoudou Hassoumi, du ministre d’Etat et du Pétrole, M. Foumakoye Gado, et de plusieurs ambassadeurs accrédités au Niger.

Cette année, c’est une mobilisation grandiose qui est l’expression d’un attachement fort aux valeurs culturelles et sociales que véhicule le Hottungo. Le Hottungo de Birni’n Gaouré est en passe de devenir l’une des grandes manifestations culturelles annuelles qui offre une occasion exceptionnelle de retrouvailles, d’échanges, de brassage socioculturels. Pour rendre agréable le séjour des invités fans de la culture peulhe, les participants ont eu droit à des prestations des artistes, des hommages aux éleveurs, des expositions de créations d’œuvres d’art, de décoration intérieure des maisons. Des visites autour des tentes, de défilé faggo et de défilé des animaux, notamment des vaches avec le langage mimique entre les bergers et les vaches. Les spectateurs ont suivi avec enthousiasme ces animations, une façon de magnifier cette culture dans toute sa diversité et l’importance de hottungo dans son apport socio-économique dans notre pays.

« Au niveau du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, nous accordons une attention toute particulière à cet évènement qui constitue un grand rassemblement des éleveurs, une des composantes majeures des producteurs du secteur rural et donc de l’économie nationale », a dit le Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M Albadé Abouba.

Selon lui, la présente édition a lieu dans un contexte marqué par une campagne agropastorale relativement médiocre dans la zone par endroit et pour lesquels certaines mesures sont prises, à savoir la mise à disposition des pasteurs et agropasteurs dans toutes les régions de notre pays d’intrants zootechniques pour atténuer les effets des déficits, le développement des cultures fourragères et l’aménagement de certaines aires de pâturage, la protection sanitaire du cheptel contre toutes les maladies particulièrement des maladies telluriques, les carences vitaminiques… ; la réhabilitation des puits et stations de pompage pastoraux pour permettre aux éleveurs d’accéder aux zones encore pourvues de pâturage. Le Hotungo de cette année intervient également dans un contexte contraignant pour les éleveurs transhumants eu égard aux mesures restrictives édictées et mises en œuvre par certains pays voisins tendant à réduire fortement la circulation transfrontalière des animaux.

Le Ministre a félicité et encouragé les animateurs de Kawtal Wafaakey et les organisateurs de ce grand rassemblement d’éleveurs dénommé hottungo qui offre un cadre privilégié dédié à la concertation et à des échanges multiples aux plans social, culturel, économique, environnemental et aussi sécuritaire.

Le Ministre d’Etat a tenu une fois de plus à réaffirmer la disponibilité constante de son département ministériel à accompagner les organisateurs de l’évènement dans toutes les réflexions relatives à l’examen de la problématique de la transhumance , dans le contexte actuel de l’espace communautaire mais aussi et plus particulièrement celles qui concerne la nécessaire modernisation du secteur de l’élevage au Niger afin de parvenir à des solutions novatrices et pérennes. Il a salué au nom des autorités nigériennes la présence des frères venus du Nigeria, du Benin, du Burkina Faso en dépit de leurs multiples occupations pour partager ces moments de bonheur avec les populations nigériennes.

Se réapproprier les valeurs culturelles traditionnelles de ‘’ Fina Tawa’’

Selon Mme Sani Fatouma Oumarou, présidente du comité d’organisation et présidente dudit cadre, cette association dans la poursuite de ses engagements a retenu le Hottungo comme une activité phare et d’envergure qui permet de fédérer tous les acteurs autour de ses nobles objectifs. « Il s’agit pour nous d’apporter une aide significative et substantielle au développement dans les régions et aux communautés villageoises déshéritées. Nous avons en une année mené de façon durable des activités diverses au sein de la commune la première édition de hottungo, qui de l’avis général a connu un franc succès au point que les différents acteurs ont réclamé une célébration annuelle conforme à nos us et coutumes », a-t-elle soutenu.

Pour elle, cette célébration de Hottungo au-delà de ses aspects festifs poursuit deux objectifs de très grandes noblesses. Il s’agit de se réapproprier les valeurs culturelles traditionnelles ‘’ notre Fina Tawa’’. Avoir foi en elle et le pérenniser ; à cette occasion, il est en effet question d’exhumer et mettre en lumière les codes éthiques pratiques depuis la nuit des temps par les sociétés agro pastorales et de renforcer la pratique du vivre ensemble.

« Fédérer dans une grande et belle synergie ces populations, autorités et acteurs de développement autour de la nécessité de se mettre ensemble pour des actions de solidarité en soutien à l’Etat mais aussi au profit des populations », a dit Mme Sani avant de poursuivre : « les activités menées nous ont permis en un an de trouver nos repères et d’apprécier les besoins ; ce qui a été réalisé n’est en réalité que la partie visible de l’iceberg …. Une manière d’avouer que nos ambitions sont grandes et nos projets immenses et que c’est bien cette volonté qui nous a inspiré et même imposé le thème de hottungo 2020 qui se décline ainsi : Education, formation, emploi pour le développement et la sécurité».

L’éducation est le canal principal de transmission des connaissances rationnelles et d’instructions civiques en même temps qu’elle prépare au vivre ensemble et l’acceptation du droit à la différence. L’éducation prépare à l’accès à des formations professionnelles valorisantes et à l’intégration au mode de l’emploi ; l’emploi participe à la génération des ressources et de la création des richesses. Ce triptyque à savoir éducation, formation, emploi sont les leviers d’un programme de vie , mais aussi et surtout un schéma de sortie de la précarité et de la pauvreté , c’est bien connu la précarité, l’ignorance et la pauvreté sont les terreaux de nombreuses menaces sécuritaires ( banditisme, immigration clandestine, djihadisme, etc.) ; la volonté de Kawtal waffakey est de s’attaquer à l’ignorance par l’éducation et la formation au désœuvrement par la formation et l’emploi afin de vaincre la misère et le sentiment d’injustice qui alimente les velléités nocives et le recours à des pratiques répréhensibles ; en langage simple, nous dirons que la personne éduquée formée disposant d’une activité lucrative lui permet d’assurer sa pitance, ne s’adonnera pas au grand banditisme, elle ne sera pas non plus tentée par l’immigration clandestine et ou par une quelconque rébellion.

« Nos rêves sont immenses ; nous rêvons d’une association forte qui pourra œuvrer sur l’ensemble du territoire et à terme être reconnue d’utilité publique. Nous rêvons d’un hottungo national inscrit à l’agenda national des grands évènements de la nation à l’image de la cure salée ou du festival de l’Aïr.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)

14 février 2020
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Culture