Forfaitt-ORANGE-4G

Exposition des Manuscrits Arabe et Ajami (MARA) à l’Institut de Recherches en Sciences Humaines (IRSH) de Niamey : Un fond de manuscrits de plus de quatre mille volumes à conserver

L’institut de Recherches en Sciences Humaines (IRSH) de Niamey en collaboration avec l’Ambassade d’Espagne au Niger a procédé, hier, matin, a une exposition des Manuscrits Arabe et Ajami (MARA). Cette initiative intervient après un atelier sur la numérisation et la conservation des manuscrits, organisé à l’attention des agents de l’IRSH par l’Ambassade d’Espagne au Niger.  

Le MARA (Manuscrits Arabes Ajamis) est l’un des sept (7) départements de recherches qui composent l’Institut de Recherches en Sciences Humaines (IRSH) de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Ce département dispose d’un fond de manuscrits évalué en 1995 à environ quatre mille volumes, dont les dimensions sont inégales. Certains de ces manuscrits sont composés d’une (1) page tandis que d’autres avoisinent les cinq cent (500) pages.

Les disciplines traitées sont : l’histoire, en particulier celle de l’époque précoloniale, la théologie musulmane, l’astrologie, la littérature arabe, la poésie religieuse en langues africaines et arabe, des traités en sciences occultes, la dissertation en droit, la mystique musulmane, la médecine locale, la pharmacopée, des traités politiques, des notices biographiques sur des personnalités politiques et religieuses.

Sur les 4000 manuscrits que compte le département des manuscrits, un sur dix (1/10) est dans un état de dégradation avancée. Certains seront même irrécupérables si aucune mesure urgente n’est envisagée. C’est pour répondre à ce défi que l’Ambassade d’Espagne au Niger à travers son service culturel et le Bureau technique de la coopération espagnole (AECID), a financé, en septembre 2018, la formation du personnel de l’Institut en technique de conservation des manuscrits. Cette formation a été conduite par M. Javier Tacon Clavain de la Bibliothèque Historique de l’Université de Madrid.

L’exposition organisée rentre dans le cadre de la restitution des travaux dudit atelier, mais c’est aussi une occasion de porter à la connaissance du public l’existence de ces manuscrits. L’Ambassadeur d’Espagne au Niger, SE Ricardo Mor Sola a saisi cette opportunité pour visiter plusieurs services de l’IRSH. Il a remercié le Directeur Général de l’IRSH pour lui avoir donné l’occasion de visiter le siège de l’Institut.

SE Ricardo Mor Sola a réaffirmé la volonté politique de l’Espagne à travailler ensemble avec le Niger afin de créer les conditions pour que les populations trouvent dans leur propre pays la possibilité d’exercer des activités culturelles, mais aussi humaines, dignes.

« Cette exposition d’affiche, aussi petite qu'elle puisse paraître, contient néanmoins un exemple concret de ces points de rencontre hispano-nigériens qui nous rapprochent des espagnols et des nigériens », a déclaré l’Ambassadeur d’Espagne.

Il a espéré que ces liens historiques à travers l’alphabet arabe, représentés dans les manuscrits «ajamis», dont l’équivalent en espagnol est le mot «aljamiado», puissent être perpétués pour les générations futures.

Pour leur part, le Directeur Général de l’IRSH, Dr Seyni Moumouni et le Chef du Département des Manuscrits Arabes et Ajamis, Dr Moulaye Hassane ont remercié l’Ambassade d’Espagne pour son accompagnement.

Ali Maman (onep)

26 mars 2019
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Culture