Forfait Albarka - Orange Niger

Elhadji Magori Sani nommé directeur du Centre national de la Cinématographie du Niger (CNCN)

Sani Magori Au titre du ministère de la Renaissance culturelle, des arts et de la modernisation sociale, Monsieur Elhadji Magori Sani, réalisateur et producteur, est nommé directeur du Centre national de la Cinématographie du Niger (CNCN), au Ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale.
C’est par ce communiqué du conseil des ministres du vendredi 19 janvier 2018 que les Nigériens ont appris que le cinéaste Sani Magori est désormais celui qui, pour le compte du gouvernement, gère les affaires liées au film dans notre pays. Une nouvelle qui ne laisse personne indifférente dans le milieu du 7e art nigérien.
Le nom sonne très familier pour ce qui connaisse le cinéma nigérien, il l’est même. Pour cause, Sani Magori a plusieurs cordes à son arc de professionnel de film au Niger : réalisateur, acteur dans ses propres films et producteur, le patron des productions Magia image a réussi, à partir des années 2010 à s’imposer comme l’un des grands noms du cinéma au Niger.
Tout a commencé avec une rencontre : en 2001, fraichement revenu d’Algérie où il a fait un diplôme d’ingénieur en Agronomie, le natif de Malbaza est affecté à l’Institut National de Recherche Agronomique du Niger, INRAN pour le service civique national. M. Magori découvre que les chercheurs font beaucoup usage de l’image pour former ou sensibiliser les agriculteurs. Dès lors une vocation va naitre, celle de l’agronome pour le cinéma. Il fait ensuite connaissance avec un certain Malam Saguirou qui lui aurait appris le BA.ba avant de s’envoler pour Saint-Louis au Sénégal où, grâce à une bourse d’Africadoc, il fait un Master en réalisation documentaire de création. Malam Saguirou a récemment, réalisé le film Solaire made in Africa qui retrace un peu la vie du célèbre physicien nigérien Abdou Moumouni Dioffo.


De retour du Sénégal, Sani Magori se lance sans attendre dans la réalisation de films documentaires. Le premier, tourné au Niger, Pour le meilleur et pour l’oignon, est, logiquement, en lien avec la terre (il est agronome, nous l’avons plus haut). Il traite du très prisé oignon ‘‘Violet de Galmi’’, toute la filière, de la production à l’écoulement. Sans oublier son importance pour ceux qui le produise.


Lire aussi :Le Nigérien de la semaine, ELHADJI MAGORI Sani



Plusieurs autres titres vont suivre. Le réalisateur finira même par ouvrir une maison de production, Magia Image, logé un moment, dans les locaux du Centre Culturel Franco-Nigérien. Des productions qui, le plus souvent en coproduction avec des maisons de l’hexagone, vont à leur tour produire plusieurs réalisateurs du pays : Catherine Dicko, Amina Weira, la célèbre Aïcha Maky etc. M. Magori est également directeur d’un festival : Forum Africain du Film Documentaire de Niamey.
C’est donc un homme qui à contribuer à garnir la cinémathèque nigérienne qui vient d’être nommé pour la garder et la promouvoir. Mais aussi un homme qui a accompagner plus d’un à la notoriété. Plusieurs cinéastes ont jubilé à l’annonce de cet évènement. C’est une des rares fois, après la promotion d’Oumarou Hadari au poste de ministre de la culture par le président Tandja, que des fonctions aussi hautes sont confiées à un homme du domaine qu’elles régissent.
Toutefois beaucoup d’autres s’interrogent sur les vraies motivations de cette nomination, mais surtout sur la personne du promu. Les attentes sont nombreuses, on ne peut plus. Dans un contexte où de plus en plus, le cinéma nigérien prend de l’envole, des professionnels du domaines, tous métiers confondus, se demande :
1. Qu’est-ce que Sani va apporter de nouveau ?
2. Pourra-t-il arriver à répondre à toutes les plaintes portées contre l’institution avant lui ?
3. Pensera-t-il enfin à regarder vers les autres cinéastes ?
4. Saura-t-il convaincre tous ses détracteurs ?
5. Saura-t-il faire l’unanimité ?
En attendant les réponses à ses interrogations, Nigerdiaspora félicite le nouveau DG et lui souhaite plein succès dans cette fonction.
Félicitations Elhadji Magori Sani ! Et vive le cinéma nigérien !

21 janvier 2018
Source : http://nigerdiaspora.net

Imprimer E-mail

Les Résidences Goggodou : Le coin chic pour se loger à Niamey

Culture