Airtel Niger

Forfait Albarka

jeudi, 02 février 2017 03:18

Fin du séminaire des journalistes et promoteurs de la culture et d’Art sur le module critique d’Art à l’Université Abdou Moumouni de Niamey : Différents acteurs outillés sur la critique d’Art

Évaluer cet élément
(1 Vote)

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l’Université Abdou Moumouni de Niamey a organisé, du 25 janvier au 31 janvier dernier, un séminaire de formation sur le module critique d’Art. Cette formation a concerné un groupe cible composé de journalistes (de la presse écrite, radio et télévision), de communicants, de cadres culturels, de programmateurs culturels, de Directeurs de Maisons de Culture et Sites Culturels, d’enseignants, etc. La formation qui s’est déroulée dans la salle conseil de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines a été dirigée par un Enseignant consultant, spécialiste de la critique d’Art M. Saidou Alceny Barry. Elle a été coordonnée par la Directrice d’Etude de la filière ASLAC Catherine Martin Payen Dicko.

Ce séminaire de trente (30) heures de cours a porté sur plusieurs thématiques suivant un programme élaboré à cet effet. La formation a porté sur la théorie et la pratique. L’introduction sur la critique d’art et apprentissage de l’histoire et des règles de l’art dans le domaine : cinéma, théâtre et l’analyses d’articles de critique a été l’essentiel de la partie théorique de la formation. La partie pratique quant à elle s’est penchée sur le visionnage de films et la participation à plusieurs spectacles de théâtre avec prise de notes et échanges, en vue de la production des articles de critique sur les œuvres d’art vue. Qu’est-ce que la critique d’art ? Quel sont ses objectifs et son intérêt ? Critique d’art pourquoi ? Autant d’interrogations sur lesquelles le formateur a entretenu les séminaristes en vue de les éclairer sur le concept.

La critique d’Art, a indiqué M. Saidou Alceny Barry, c’est un discours argumenté sur l’œuvre d’art en vue de mieux la valoriser, de l’évaluer et de la porter vers un public. C’est une sorte d’évaluation très éclairée et très objective de l’œuvre d’art. « L’objectif de cette formation c’est vraiment de permettre aux participants de pouvoir regarder les œuvres d’art d’une autre manière, plus pensante, plus réfléchie avec un discours qui porte l’œuvre mais peut être sur l’œuvre d’art pour en juger les forces et les faiblesses», a indiqué M. Saidou Alceny Barry. Cette formation a été très bénéfique pour les participants qu’ils soient journalistes, promoteurs et responsables des entreprises culturelles et pratiquants.

Pour M. Souley Moutari journaliste presse écrite à l’ONEP, « cette formation a été très intéressante pour lui dans la mesure où elle lui permis d’apprendre beaucoup de notions sur la critique d’œuvre d’art ». Il a précisé que les enseignements appris vont leur permettre d’améliorer la qualité de leur travail de journaliste culturel. Du côté des promoteurs culturels, responsables des entreprises culturelles et pratiquants culturels, les mêmes satisfactions se dégagent. Mme Issaka Aminatou et M. Hachimou Oumarou ont souligné que cette formation est venue au bon moment pour eux. Elle va leur permettre d’améliorer la qualité de leur production mais aussi c’est un moyen d’aider, de conseiller les créateurs et les hommes de culture à avancer dans leur travail.

A la clôture du séminaire, le Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines M. Tandina Ousmane et la Coordinatrice de la Filière ASLAC Mme Antoinette Tidjani Alou ont tous remercié les participants pour leur assiduité et l’attention dont ils ont fait montre tout au long de la formation. Le Doyen de la FLSH, M. Tandina Ousmane a transmis aux participants les salutations des plus hautes autorités Universitaires. Le séminaire a pris fin sur une note de satisfaction générale tant du côté des organisateurs que de celui des participants. A l’issue des travaux, les participants ont écrit plusieurs articles critiques sur des œuvres d’arts (pièces du théâtre, courts métrages, contes théâtralisés, etc.) produites par des étudiants de la Filière ASLAC de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Les critiques seront postées sur un blog (niameycritique.blogspot.com) créé à cet effet. La formation a été sanctionnée par des attestations de participation.

Ali Maman(onep)

02 février 2017
Source : http://lesahel.org/