Airtel Niger

Forfait Albarka

mercredi, 18 janvier 2017 07:01

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Culture Niger Retrospective 2016Année électorale, 2016 a surtout brillé, au plan culturel, par trois actes majeurs : le choix du Président de la République, Chef de l’Etat, de « Promouvoir la renaissance culturelle » au rang de premier « axe prioritaire » de son second mandat (2016-2021), sa décision de dédier un ministère plein à cette Renaissance culturelle et à la Modernisation sociale et la déclinaison de cette volonté politique dans la Déclaration de Politique Générale du Premier ministre en date du 10 juin 2016.

Il convient de souligner que la dénomination même du ministère, « Renaissance culturelle, Arts et Modernisation sociale » suscite des     débats. On discute ici et là des contours et même du contenu de cette Renaissance culturelle quand ce ne sont pas des universitaires comme Mme Tidjani Alou de l’Université de Niamey et quelques autres qui esquissent des explications. En soit, cela est déjà bon. Reste à poser des actes…

De fait, l’année 2016 a commencé avec la distinction de feu Diouldé Laya qui a obtenu le Prix Boubou Hama de littérature à titre posthume en mars 2016. Certes, toujours au plan littéraire, plusieurs livres ont été publiés tant au Niger qu’à l’extérieur par certains de nos compatriotes. On citera à titre d’exemple l’essai de l’économiste Kiari Liman Tinguiri aux éditions L’harmattan.

Au plan des arts vivants, du théâtre notamment, on retiendra l’organisation par le CSC et l’Institut PANOS/Afrique de l’Ouest du Colloque régional sur « Droits de l’homme, radio et théâtre : un mariage     d’avenir ? » en Octobre 2016 à Niamey.

La Directrice générale de l’Institut PANOS pour l’Afrique de l’Ouest, Mme Diana Senghor, a en cette occasion rappelé que le théâtre radiophonique est né en 1898 aux Etats-Unis d’Amérique et qu’il est apparu en Afrique dans les années 1960. C’est parce qu’il a «connu une certaine désaffection » qu’il faut, selon Mme Senghor, « lui redonner des couleurs, réinventer un nouveau théâtre et accroître son audience par l’usage des nouveaux médias » et des 179     radios communautaires dont dispose le Niger.

Autre secteur artistique, le cinéma. On a enregistré la sortie de plusieurs films documentaires et de fiction dont on parle plus à l’extérieur qu’au Niger même. Fort heureusement, le Festival Tukuntchi du Cinéma au Niger a permis à de nombreux cinéphiles de regarder ces films du 16 au 17 décembre 2016 à l’espace Alternative Espaces Citoyens de Niamey. Beaucoup y ont d’ailleurs été primés dont le film ‘’Droit Chemin’’ de Harouna Coulibaly. Mieux, le chef de l’Etat a offert des appuis à certains cinéastes pour la réalisation et/ou la postproduction de leurs films.

Mais, revenons plutôt à la DPG du Premier ministre Brigi Rafini pour comprendre les tenants et aboutissants de la Renaissance culturelle. Selon le Premier ministre Brigi       Rafini, pour assurer la « modernisation sociale, politique et économique » du Niger, il faut « promouvoir la renaissance culturelle ». Pour ce faire, « le gouvernement       entend ainsi mener des actions visant à promouvoir le civisme et le patriotisme en s’appuyant sur les vertus cardinales de notre société, sur les aspects de nos traditions et les conceptions philosophiques favorables à la modernisation politique et économique de notre Nation. Toutefois, le Gouvernement reste ouvert aux emprunts extérieurs porteurs de modernité ».

Pour le Premier ministre Brigi Rafini, « dans cette perspective, nous allons élaborer et mettre en œuvre des programmes visant à promouvoir l’épanouissement de l’individu, l’amour de la patrie, le dévouement à l’intérêt général et la loyauté vis-à-vis de la   nation ». Plus concrètement,   indique le Premier ministre Brigi Rafini, « le gouvernement compte réviser les programmes d’instruction civique et morale dans l’enseignement, y introduire l’histoire de nos religions et de notre Nation et inclure des sujets sur le civisme lors des examens et concours et organiser des campagnes de sensibilisation de masse ».

Soulé Manzo(onep)

18 janvier 2017
Source : http://lesahel.org/

Dernière modification le mercredi, 18 janvier 2017 12:46