Airtel Niger

Forfait Albarka

Tahoua Sakola : Vaste opération de salubrité Cette vaste opération de salubrité publique, lancée en début de matinée d’hier par le gouverneur de la région de Tahoua Abdourahmane moussa , s’inscrivait dans le cadre des préparatifs de la fête tournante de18 decembre 2017dénommée Tahoua sakola. La mobilisation a été à la hauteur des attentes des autorités municipales qui ont déployé 11 camions et autres moyens indispensables , afin de rendre l’ensemble des quartiers regroupant les deux arrondissements communaux propres . Ceci est d’autant opportun que les ordures ménagères continuent d’occuper les voies publiques en dépit des efforts soutenus des communes. Situation rendue plus difficile par la présence des gravas des constructions démolis pour l’élargissement des rues. Au regard de l’ampleur de la mobilisation des FDS et les structures associatives majoritairement constituer des femmes , le noble objectif Tahoua sakola sera atteint.
Hachim Mohamed.

16 octobre 2017
Source : La Nation

Imprimer E-mail

Que devient Gandou Zakara ?Limogé à l'issue du conseil des ministres du 20 juillet 2017de son poste de Secrétaire général du gouvernement qu'il a occupé sans discontinuer depuis l'accession de Mahamadou Issoufou à la tête de l'Etat, Gandou Zakara n'est plus visible du tout, y compris là où tout le monde se fait voir, en certaines circonstances. Des yeux qui se promènent partout et qui prêtent grande attentionaux mouvements de certaines catégories affirment ne pas l'avoir aperçu au palais des congrès, lors du forum des premières dames ; ils ne l'ont pas vu non plus à l'occasion du deuil qui a frappé AbbaIssoufou. Pas lors du départ de Mahamadou Issoufou pour l'Indonésie et l'Australie. Où peut-il donc avoir mis son nez ? Figurant parmi les responsables principaux du contentieux qui oppose l'Etat du Niger à Africard, l'homme est également mêlé à des cadeaux fiscaux offerts à des opérateurs de téléphonie cellulaire dont les milliards à payer au Trésor public ont été généreusement réduits à quelques millions. C'est encore lui qui a parrainé le deal intervenu dans le bureau du président du tribunal, en …, entre Mukuri Daniel et Airtel ; une insolite entente par laquelle Airtel s'est vue arracher l'obligation, assortie d'astreinte financière sévère, de verser directement à Mukuri Daniel, sans passer par le Trésor public, les impôts dus à l'Etat du Niger. Un homme que les Nigériens attendaient de voir devant un juge d'instruction, ne serait que par rapport au sulfureux dossier Africard sur lequel il y a tant à dire, mais qui se la coule probablement douce.

Bouba Alfari
14 octobre 2017 
Source : Le Courrier 

Imprimer E-mail

Après plusieurs mois de silence, les enseignants chercheurs du supérieur, à travers leur syndicat, le SNECS, observent depuis hier mardi 10 octobre, un arrêt de travail de 72 heures qui est reconductible en cas de non satisfaction. Une grève qui fait suite à un préavis de grève de 72 heures datant du 5 octobre 2017 et une rencontre infructueuse avec le ministre de l'Enseignement supérieur. Plusieurs points sont évoqués dans la plateforme revendicative du Syndicat national des enseignants et chercheurs du Supérieur dont, entre autres, le paiement des salaires (les enseignants chercheurs de l'université de Tillabéry ont deux mois d'arriérés de salaire, ceux de Zinder, Tahoua, Maradi et Niamey attendent leurs paies de septembre) et autres droits statutaires dans toutes les universités publiques du pays ou encore l'application des textes organiques des universités de Maradi, Tahoua et Zinder, adoptés en conseil des ministres du 20 juillet 2017. Ainsi, après les étudiants pour exiger le paiement de l'aide sociale et des bourses ainsi que de meilleures conditions d'études, ce sont leurs enseignants qui leur emboitent le pas pour revendiquer le paiement de leurs salaires. Cet arrêt de travail des enseignants n'est pas sans conséquences sur les activités académiques dans les différentes universités publiques du pays.

14 octobre 2017 
Source : Le Courrier 

Imprimer E-mail

Plus de 8 milliards pour la sécurité et la sûreté de Mahamadou IssoufouTandis qu'il impose aux Nigériens une hausse vertigineuse du coût de l'électricité, une taxe d'habitation et la réintroduction de la TVA sur certains produits de première nécessité, grevant ainsi dangereusement le panier de la ménagère, Mahamadou Issoufou, qui refuse obstinément de réduire le train de vie de l'Etat et la taille de son gouvernement, s'octroie tout de même plus de huit milliards de francs CFA pour la …sécurité et la sûreté de la présidence de la République. En somme, plus de huit milliards à consacrer à sa promotion au détriment du peuple qui est appelé à payer cher pour garantir l'éternité de son pouvoir. 

14 octobre 2017 
Source : Le Courrier 

 

Imprimer E-mail

Mahamadou Karidjo Defense NigerConformément à ses objectifs et missions ordinaires, l’inspection d’Etat a récemment envoyé une équipe d’inspecteurs pour fouiller dans les dossiers du ministère de la Défense Nationale. L’équipe d’inspecteurs dirigée pour la circonstance par un colonel à la retraite s’y était rendu sur place et a pu effectuer ses propres investigations. De graves anomalies ont été notamment constatées et plusieurs procédures ont été contournées, sauf qu’elles semblent avoir profité à des pontes et autres quidams du régime. L’inspection aurait épinglé de multiples dossiers contrariant et des noms de personnages connus dans les rouages de ce ministère circuleraient déjà. Nos sources citeraient des personnalités comme Mahamadou Karidjo, ancien ministre sur place, un fournisseur célèbre, lui-même se trouve associé dans une autre affaire avec le bien nommé Aboubacar Mahamadou Issoufou, un autre oiseau de la finance et des affaires qui est un puissant opérateur économique du parti rose, bref une belle brochette de gens ayant pignon sur rue dans cette histoire de renaissance….

Bien entendu comme à ses habitudes, l’inspection a dressé son rapport qu’elle a remis à qui de droit. Mais, le problème à ce niveau : Les choses ne semblent pas évoluer depuis lors. Mieux elles stagnent et ne progressent jamais dans un sens comme dans l’autre. Une sorte d’évidence à nos yeux, un geste déjà connu. Le rapport a été lu et peut-être même relu. Il n’est visiblement pas exploitable et peut- être aussi sans le moindre intérêt. Voilà pourquoi, il « dort dans les tiroirs» du principal patron de l’inspection d’Etat. Qui pourra modifier alors les lignes et trajectoire du fameux rapport ? Le mystère en tout cas, plane désormais sur l’avenir d’un rapport que d’aucuns prédisent complètement reléguer aux oubliettes !

Imprimer E-mail