Dosso : Atelier de formation des cadres du PASEC et des structures partenaires sur l’utilisation de l’outil Ex-Ante Carbon Balance Tool (Ex-ACT)

Les travaux d’un atelier de formation des cadres du Projet d’Appui à l’Agriculture Sensible aux risques Climatiques (PASEC) et des structures partenaires sur l’utilisation de l’outil Ex-Ante Carbon Balance Tool (Ex-ACT) ont débuté, mardi dernier, à Dosso, sous la présidence du Directeur de Cabinet du Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Mahamadou Aoudi Diallo, en présence du Secrétaire Général de la Région de Dosso, M. Assoumane Amadou.

En souhaitant la bienvenue aux participants, le Secrétaire Général de la Région de Dosso a réitéré la disponibilité des autorités régionales pour accompagner tous les projets œuvrant pour le bien-être des populations de Dosso en particulier et du Niger en général. M. Assoumane Adamou, n’a pas manqué de saluer les impacts positifs du PASEC sur les populations des 13 communes d’intervention du projet dans la région de Dosso.

Dans son discours d’ouverture, le Directeur de Cabinet du Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Mahamadou Aoudi Diallo Président du Comité National d’Orientation et de Pilotage (CNOP) du PASEC a tout d’abord rappelé que EX-ACT est un outil conçu par la FAO pour conduire les évaluations d’impact des projets de développement agricoles et forestiers sur les émissions de Gaz à Effet de Serre et sur la séquestration de carbone. L’outil EX-ACT permet également d’estimer la contribution des projets et programmes, secteurs ou stratégies des domaines agricoles et forestiers à la mitigation au changement climatique, et ce en réduisant ou en stockant les Gaz à Effet de Serre. L’estimation du bilan carbone peut aussi permettre d’orienter la formulation de projet et compléter les études économiques pour la prise de décision sur les aspects de financement en recherchant les activités à plus hauts bénéfices.

Le bilan carbone permet également d’étudier la vulnérabilité d’une activité économique ou d’une collectivité, plus particulièrement sa dépendance aux énergies fossiles, dont le prix devrait augmenter dans les prochaines années. Si le secteur agricole est reconnu comme une source majeure de Gaz à Effet de Serre, il n’en demeure pas moins que le potentiel d’atténuation des émissions dans ce secteur est aussi élevé et qu’environ 2/3 de ce potentiel total se trouve dans les pays en développement.

Mahamadou Aoudi Diallo a saisi cette occasion pour rappeler aux participants l’utilité d’un tel outil pour le PASEC. Le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage a-t-il ajouté accorde une grande importance à la parfaite maitrise de cet outil, à même de contribuer à améliorer la formulation et le suivi des projets. Cet atelier de formation permettra de renforcer davantage les capacités des participants à répondre d’une part aux principales contraintes qui caractérisent le secteur agricole de notre pays notamment la faible productivité agricole et la faible résilience des populations aux chocs climatiques et d’autre part à réaliser le triple gain de l’Agriculture Intelligente face au Climat (AIC). Enfin, le Président du CNOP du PASEC a remercié, au nom du Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, les principaux partenaires du Niger à savoir la Banque Mondiale et la FAO pour leurs appuis constants et multiformes au secteur agricole de notre pays.

Il faut annoncer que cette deuxième session de formation à l’outil EX-ACT qui se déroule du 10 au 13 juin 2019 à Dosso, comporte une phase théorique avec le rappel des principales étapes de l’évaluation du bilan carbone et une phase terrain pour l’application des cours théoriques. Rappelons que le Projet d’Appui à l’Agriculture Sensible aux risques Climatiques (PASEC) initié par le Gouvernement de la République du Niger est financé par un Crédit IDA n°5830 de la Banque Mondiale d’un Montant de 111 millions USD.

Mamane Amadou ONEP

13 juin 2019
Source : http://www.lesahel.org

Imprimer E-mail

Agriculture