Zinder/Irrigation : Environ 20 000 ha de terres seront mis en valeur pour combler le déficit céréalier, selon le Directeur Régional de l’Agriculture, M. Ibrahim Moussa

Zinder/Irrigation : Environ 20 000 ha de terres seront mis en valeur pour combler le déficit céréalier, selon le Directeur Régional de l’Agriculture, M. Ibrahim MoussaPour soulager les efforts des producteurs notamment ceux des zones où la production des céréales est compromise, la région de Zinder a mis en place un vaste programme de cultures irriguées. « Au total, environ 676 sites ont dénombrés à l’échelle régionale pour toucher 58.416 exploitants qui mettent en valeur 19.959,21 ha », a déclaré le Directeur régional de l’Agriculture, M. Ibrahim Moussa.

La production attendue est de 470.768 tonnes toutes spéculations confondues (laitue, choux, carotte, poivron, melon, pastèque, manioc, canne à sucre, patate douce etc) correspondant à 71.547 tonnes d’équivalent céréalier.

Ainsi, pour réussir ce programme de cultures irriguées, la région de Zinder a bénéficié, de la part de l’Etat et de ses partenaires, des intrants dont 16.999,6 kg de semences potagères et céréalières et 12.500kg d’engrais NPK 15-15-15 et 2000 litres des produits phytosanitaires.

«Soixante dix champs écoles maraichers seront mis à contribution pour la promotion des cultures irriguées », a fait remarquer le Directeur régional de l’Agriculture qui indique par ailleurs qu’un dispositif d’encadrement composé de 54 agents a été mis en place pour les producteurs. « Ces encadreurs disposent de 9 motos neuves et deux véhicules pour leur assurer une plus grande mobilité » a précisé M. Ibrahim Moussa.’’

« Au sortir de la campagne agricole 2017-2018, la région de Zinder a enregistré, selon les résultats provisoires, 484 villages déficitaires sur les 3.378 villages agricoles, soit 14% pour une population estimée à 435.859 contre 502 villages agricoles en 2016-2017 », a précisé M. Ibrahim Moussa qui ajoute que la campagne 2018 est meilleure que celle de 2017.’

Malgré ces résultats, il existe a-t-il dit, des poches où la production n’a pas totalement répondu aux attentes des populations du fait des attaques des ennemis de cultures en l’occurrence la mineuse du mil qui a sévi dans les départements de Magaria (Bandé), Mirriah (Dogo), Dungass (Dungass) et Kantché (Yaouri) et l’arrêt brusque des pluies dans le Nord (Est de Takeita et Damagaram Takaya) entrainant des sécheresses prolongées sur les exploitations.

Sido Yacouba ANP-ONEP/Zinder

06 mars 2018
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Agriculture