Agriculture

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, M. Kalla Moutari vient d’achever sa mission de pré-évaluation de la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique 2019 dans la région de Maradi. Au cours de cette mission, qui a conduit le ministre et sa délégation dans les huit (8) départements de la région, il était aussi question de faire l’état de la mise en œuvre des recommandations de la mission précédente, de s’entretenir avec les populations sur les résultats qualitatifs provisoires de la campagne 2019 ; d’apprécier le niveau de préparation des cultures irriguées ; d’échanger avec les communes sur le transfert de la gestion de la Maison du paysan et le fonctionnement des instances de gouvernances de l’Initiative 3N ; d’échanger avec les populations sur des questions socio-économiques de l’heure, sur la mise en œuvre des projets et programmes intervenant dans les différentes régions et faire le point des chantiers en cours.

Au terme de cette mission, le ministre Kalla Moutari a indiqué dans sa synthèse qu’au plan agricole, la campagne agricole 2019 a été précoce et les semis se sont poursuivis jusqu’à la 3ème décade du mois de juillet, voir début mois d’août. Aussi, la période de pluies s’est prolongée jusqu’à la 2ème décade d’octobre permettant d’enregistrer un cumule pluviométrique de plus de 700 mm dans le département de Gazaoua. « Ces dernières pluies d’octobre ont occasionné des pertes sur les récoltes de mil, d’arachide et de souchet » a-t-il affirmé.

En terme d’appuis, le ministre a indiqué que la région a bénéficié des intrants et matériel acquis sous financement de l’Etat et de ses partenaires. Les ennemies de cultures se sont manifestées dans les départements d’Aguié, de Gazaoua, de Madarounfa, de Guidan Roumdji et de Mayahi. 71% des superficies infestées ont été traitées et la chenille mineuse de l’épie a causé d’importants dégâts sur les cultures de mil au niveau de tous les départements.

La situation alimentaire est caractérisée par une baisse de prix et la disponibilité des produits vivriers sur l’ensemble de la région. Aussi, le ministre a indiqué que l’Etat et ses partenaires ont placé des semences améliorées au profit des populations des zones déficitaires, la région ayant bénéficié de 623 tonnes de semence pour un besoin estimé à 681 tonnes, soit 91% de réalisation pour un coût global de 456 millions environ. En matière de résilience et en vue de soutenir les populations vulnérables et accompagner les producteur, la région a bénéficié de la vente à prix modéré des céréales, la distribution gratuite de vivres et le cash transfert. En termes d’assistance aux réfugiés, la réponse de l’Etat à la population hôte a été de 158 tonnes de vivres distribuées à 5680 ménages soit 39.760 personnes.

Imprimer E-mail

Agriculture