samedi, 26 novembre 2016 00:19

Notre compatriote SEM Abdou Abarry nommé Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo

Rate this item
(0 votes)

Abdou Abarry Desire Kabila Lettres CreanceNotre compatriote SEM Abdou Abarry, a été nommé, en avril 2016, Ambassadeur de l’Union Africaine en République Démocratique du Congo. Il a présenté ses lettres de créance au Président de la République, S.E.M. Joseph Kabila Kabange, le 12 octobre 2016.

Notre pays vient d’enregistrer encore un important succès diplomatique, à travers la décision de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine, Madame Nkosazana Dlamini Zuma, de confier à notre compatriote S.E.M. Abdou Abarry, l’importante fonction de Représentant Spécial de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine en RDC.

Doctorant en droit de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et diplômé de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC), S.E.M. Abdou Abarry a occupé d’importantes fonctions au Niger, notamment :

 

Directeur Général chargé des relations bilatérales au ministère des Affaires étrangères,

Directeur général chargé de l’intégration Africaine au ministère de l’Enseignement supérieur, Conseiller à la présidence de la République, chef du protocole d’Etat.

Diplomate de carrière et jouissant d’expériences avérées, SEM Abdou Abarry fut tour à tour :

Conseiller du Niger auprès des Nations-Unis à New York de 1992 à 1997,

Ambassadeur du Niger auprès de la Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, de la Grèce et de l’Islande.

Représentant permanent du Niger auprès de l’Union Européenne des CIJ, CPJ, de l’OIAC et de l’OMD.

Chef du Bureau de Liaison de l'UA auprès de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja.

Cette nouvelle nomination est un témoignage et la reconnaissance des talents de nos diplomates tant au plan régional qu’international.

Boubacar Guédé

Affaire dite WALLGATES : L’instruction a commencé

Justice Niger Affaiares ImpuniesLe mardi 25 avril 2017, les auditions ont commencé à Palais de Justice de Niamey relativement à l'affaire dite Wallgates pour laquelle plusieurs personnalités membres du régime sont placées en détention à la prison civile de Say. Il s'agit de lever le coin de voile sur cette affaire très commentée dans les médias et aux contours visiblement complexes, . En attendant la conclusion judiciaire, quelques interrogations se posent.

Actuellement, plusieurs personnes liées à cette affaire croupissent en prison parmi lesquels Zarami Abba Tchiari, Conseiller à la cellule Partenariat Public Privé au moment des faits, Ousmane Danté, Conseiller aux affaires économiques à la Présidence de la République, Almoustapha Boubacar dit Cisco, ex-Directeur Général de l'Agence des Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARTP). Bien avant, ces éminentes personnalités, il y a le sieur Daniel Mukuri, Directeur Général de la Société Wallgates au centre de ladite affaire placé en détention. Pour ce dernier, les charges retenues seraient faux et usage de faux et escroquerie.

Lire la suite

Le brigandage à Zinder : La loi des « Palais »

Zinder Ville 01Les quartiers périphériques de Zinder abritaient ces dernières années des gangs dignes des ghettos des films Nord Américains. Ils entretiennent une situation d’anarchie défiant même les forces de l’ordre. Il est fréquent de les voire prendre d’assaut et boucler pendant des heures un quartier : descentes punitives, représailles contre une bande rivale, meurtres …. Par les actes qu’ils posent, ces jeunes regroupés au sein de ce qu’ils appellent eux même « palais » apparaissent comme des casseurs et des hors-la loi. L violence gratuite, le vol, le crime, le sexe définissent leurs modes d’actions. Les manifestations des rues organisées par des tierces organisations (scolaires ou syndicats) sont comme un exécutoire pour eux. Ils en profitent pour faire des casses, brulé des édifices publics ou les biens d’autrui. Ils sont apparus dangereux pour la paix sociale. Les « Palais » sont devenus inquiétants par leur nombre (on en a dénombré plus de 300 ) concentrés surtout dans certains quartiers périphériques de Zinder ( Kara-Kara, GARIN MALAM). Leur taille varie entre 10-15-25 membres composés des filles plus jeunes (12 à 25 ans) et des garçons de 15 à 40 ans. La plupart de ces jeunes n’ont jamais été à l’école. Cependant on y trouve des scolaires et des déscolarisés.

Lire la suite

Zinder - Transport voyageurs : le crépuscule des transporteurs traditionnels

L’avènement des compagnies privées de transport a porté un coup sévère aux transporteurs traditionnels de passagers voyageurs. Apparues au début des années 2000, elles ont progressivement occupé tout l’espace de transport vraiment rentable de sorte qu’on assiste, ces dernières années, à la saturation des axes routiers principaux.

Ce qui amène certaines compagnies de transport voyageurs à ouvrir des voies secondaires de desserte. A Zinder, une tentative de desserte de la ligne Zinder-Magaria par une des compagnies implantée à Zinder a provoqué une véritable levée de bouclier des syndicats des transporteurs et conducteurs routiers de Zinder. Une grève de protestation a été évitée de justesse grâce à l’intervention des autorités régionales et du Directeur Régional des Transports de Zinder, Mr. Adamou Halidou. La situation a été clarifiée, car, désormais, toute compagnie de transport désireuse de desservir ces lignes secondaires devrait d’abord avoir l’autorisation du Ministère de Transport, laquelle est conditionnée à l’accord de la Direction Régionale des Transports suite à un rapport résultat d’une inspection régulière du siège régional de la compagnie en question. Ces conditions n’étant pas remplies, la compagnie au bout de 72 h de desserte Zinder-Magaria s’est vu obliger d’arrêter à la grande satisfaction des transporteurs et conducteurs des gares routières de Zinder.

Lire la suite

Répression de l'enrichissement illicite, C'EST POUR QUAND ?

franc cfa NigerA Niamey, il y' a de belles maisons, des petits châteaux, et de splendides voitures telles que les " harey ban ". Rien que les murs de ces maisons sont des chefs d'œuvre ; design géométriques, marbre, carreaux, jeu de peinture, tout y est fait pour que même le mur vous laisse présager que cette maison ci doit être des plus belles. Des vigiles avec leurs matraques sont assis devant la porte. Il arrive qu'il existe un garage extérieur où sont garées des voitures toutes plus luxueuses les unes que les autres (celles de l'épouse, du fils, de la fille et celle dédiée aux courses de la famille entres autres etc.).

Il s'agit là des biens meubles et immeubles. Qu'en est-il alors du train de vie ? Chez certains notamment chez les Riches, il arrive que pour le dîner du soir, du poulet, du poisson, du méchoui, de l'ordoeuvre, des nems soient prévus. Ainsi, chacun a le choix ! Qui peut se permettre ce train de vie ? Pas le simple fonctionnaire ou même l'agent du secteur privé. Quel salaire peut permettre de financer toutes ces dépenses ? Dans ce contexte de morosité économique qui perdure, quel est l'entrepreneur dont les affaires continuent d'être aussi florissantes ? Peut être l'héritier d'un fortuné mais même là !!! Il est plus facile de supposer, de chuchoter que ce sont là, des signes d'enrichissement illicite. En effet, l'ordonnance n°92-024 du 18 juin 1992 portant répression de l'enrichissement illicite dispose que " le délit d'enrichissement illicite est constitué lorsqu'il est établi qu'une personne possède un patrimoine et/ou mène un train de vie que ses revenus licites ne lui permettent pas de justifier « .

Lire la suite

La Sonidep, l'ogre de Gorou Banda et le Pr. Albert Wright

Pr. Albert Wright niger"Albert Wright avait vu juste. Gorou Banda, selon toute probabilité, n'est pas soutenable à moyen et long terme. Selon le témoignage d'un technicien au fait des conditions difficiles dans lesquelles Gorou Banda tourne, chacune des turbines coûte à l'Etat 52 800 000 par jour, en raison de 200 francs le litre de gasoil. Par mois, ça fait 1 584 000 000, soit 19 008 000 000 FCFA par an. De quoi anéantir financièrement la Sonidep qui souffre déjà des façons de faire de ce client qui consomme sans être en mesure de payer. Car, la Nigelec, censée gérer Gorou Banda n'a pas les capacités financières pour faire face à la voracité de l'ogre de Gorou Banda. Politiquement, Mahamadou Issoufou peut tordre le bras à la Sonidep afin qu'elle continue de livrer le gasoil nécessaire à Gorou Banda. Mais, financièrement, il amplifiera les problèmes financiers du Niger et à terme, conduira à la faillite des deux sociétés. Pour le moment, la Sonidep livre, la mort dans l'âme et l'ogre continue d'avaler. Jusqu'à quand les Nigériens vivront cette insouciance qui frise la folie ?

Lire la suite



23 novembre 2016
Source : http://Nigerdiaspora.Net/

Last modified on dimanche, 27 novembre 2016 22:07